Le Ramadan à l'heure du Covid-19 : comment les musulmans s'adaptent aux contraintes sanitaires

Le Ramadan commence ce mardi 13 avril 2021 pour un mois, et pour la deuxième année consécutive il sera perturbé par les restrictions sanitaires liées à la pandémie. Ce mois de prière et de partage se vivra dans la retenue et le cercle familial.

Les prières nocturnes sont interdites cette année pendant le Ramadan
Les prières nocturnes sont interdites cette année pendant le Ramadan © S. Lhôte, FTV

Pas de retrouvailles dans la rue ou de dîners entre amis, pas de prières collectives nocturnes, les musulmans qui entament ce mois de Ramadan sont appelés à limiter leurs interactions sociales au cercle familial, et à éviter les rassemblements. Le couvre-feu limite depuis plusieurs semaines déjà l'accés aux lieux de culte qui ferment leurs portes à 19 heures, et il n'y a aura pas de dérogation cette année encore pour les prières collectives nocturnes, les tarawih.

Le Ramadan est l'un des cinq piliers de l'Islam. Pendant ce mois de jeûne, les croyants sont appelés à ne pas boire, ni manger, ni fumer, ni avoir de relations sexuelles de l'aube au coucher du soleil. La rupture du jeûne marque le moment important de la journée où l'on se regroupe entre amis ou voisins pour partager le repas, l'iftar. En plus des restrictions sanitaires imposées par le gouvernement, les autorités religieuses déconseillent fortement cette année de se regrouper entre voisins ou amis pour dîner, et préconisent de rester dans son cercle familial restreint. 

Nous avons rencontré Mohammed Karabila le président du Conseil du culte musulman de l'ex Haute-Normandie, à la mosquée Yahya de Saint-Etienne-du-Rouvray. Il nous a rappelé que ce mois saint est aussi le mois de la charité et de l'aumône. Chaque soir, la mosquée Yahya installera des tables en plein air où pourront se restaurer les plus pauvres, et même ceux qui apprécient simplement leurs plats et la convivialité du lieu.  Cette année, les étudiants en difficultés seront particulièrement les bienvenus.

"La particularité cette année, c'est qu'on va préparer des repas à emporter. On vise surtout les étudiants et les nécessiteux, mais on est ouverts à tout le monde. De 17H30 jusqu'à 18H30, les gens peuvent venir chercher à la mosquée des repas chauds. A la cuisine, on a une dizaine de personnes qui travaillent et les deux cuisiniers ont fait des tests PCR et portent le masque tout le temps de la préparation"

Mohammed Karabila, président du Conseil du Culte musulman de l'ex Haute-Normandie

Quant aux prières à la mosquée, les contraintes sont les mêmes pendant le ramadan que pendant le temps de la pandémie. Une prière à 14 heures, une autre à 17 heures, mais pas de prière de nuit cette année. "Une place sur 6 est réservée à la prière. Tous les points d'eau ont été fermés. Chaque personne vient avec son tapis de prière, et un sac pour ranger ses chaussures. Dès que la prière est finie il faut sortir. Bien sûr il faut mettre du gel, et il y a deux entrées et deux sorties. Toutes les précautions sont prises pour que ce mois de ramadan soit un mois de joie, de solidarité et de fraternité" poursuit Mohammed Karabila. 

Afflux dans les magasins spécialisés

Même si les contraintes sanitaires pénalisent les retrouvailles, pas question de déroger aux plaisirs de la table. Les recettes et les gâteaux du ramadan sont variés : dattes, chorba, harira, bricks, pastilla, tagine, patisseries orientales. En ce premier jour de ramadan, le magasin "Le triangle" de la rue de Lessard sur la rive gauche de Rouen, ne désemplit pas.

Les dattes sont les premiers aliments dégustés au moment de la rupture du jeûne
Les dattes sont les premiers aliments dégustés au moment de la rupture du jeûne © S. Lhôte, FTV

D'autant que cette année les frontières sont fermées, et ne permettent pas de fêter le ramadan ailleurs. "Il y a une vraie surcharge de travail cette année, car les gens sont beaucoup plus chez eux. On a beaucoup de clients depuis lundi dernier, on sent un afflux très fort. Pour l'instant on a de la marchandise, mais il va falloir tenir un mois. Beaucoup de nos produits viennent de l'étranger" nous explique le directeur du magasin, Abdelali Rharbaoui.

Si tous les musulmans ne sont pas pratiquants, le ramadan est un moment communautaire très fort qui rassemble au delà des principes religieux.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ramadan religion société région normandie covid-19 santé