Les tops et flops du sport normand pour la saison 2020-2021

En Normandie comme ailleurs en France, la saison sportive 2020-2021 aura été durement impactée par la pandémie de Covid-19. Malgré les embûches, certaines équipes et certains sportifs ont réussi à tirer leur épingle du jeu, tandis que d'autres ont clairement manqué leur saison. Conseil de classe.

Tour d'horizon et carnets de notes du sport normand pour la saison 2020-2021.
Tour d'horizon et carnets de notes du sport normand pour la saison 2020-2021. © Emmanuel Lelaidier / Jean-Marie Thuillier / Darek Szuster / Denis Trasfi / Nicolas Goisque / Stéphane Geufroi - MaxPPP

Chaque saison sportive accouche de lauréats et de cancres. Au crépuscule de l'exercice 2020-2021, le temps est venu de distinguer les plus ou moins méritants, et de distribuer bons et mauvais points, encouragements et félicitations ainsi que blâmes et avertissements. L'occasion de s'apercevoir qu'à quelques exceptions près, les Normands n'ont pas particulièrement fait reluire le région depuis le mois de septembre. 

Mention d'honneur pour QRM !

S'il y a une équipe qui a parfaitement réussi sa saison et fait briller la Normandie, c'est bien Quevilly-Rouen-Métropole ! Les Rouge et Jaune ont lui comme un feu de joie pour éclairer la maison du football normand assombrie par des clubs pros qui avaient décidé d'éteindre la lumière. Deuxième de National 1, QRM a rapidement prouvé sa supériorité dans cette troisième division qu'elle aura surnagé avec le SC Bastia, champion. Fort logiquement, le club de l'agglomération rouennaise retrouvera la Ligue 2 dès la fin juillet, trois ans après y avoir goûté une première fois. 

Meilleur buteur de National 1 (21 buts), Andrew Jung a grandement contribué à la remontée de Quevilly-Rouen-Métropole en Ligue 2.
Meilleur buteur de National 1 (21 buts), Andrew Jung a grandement contribué à la remontée de Quevilly-Rouen-Métropole en Ligue 2. © JEAN MARIE THUILLIER, MAxPPP

Félicitations au CBC et la JSC

Il est des saisons ou même tout donner n'est pas suffisant, où remporter 23 de ses 26 matchs ne garantit pas d'être champion, ou promu dans la division supérieure. Le Caen Basket Calvados vient de l'apprendre à ses dépens. Tombé dans la poule la plus relevée de Nationale 1, il n'a pas pu contrecarrer la marche en avant du rouleau compresseur Saint-Vallier. La formation drômoise est responsable de deux des trois seules défaites de la formation calvadosienne. Le CBC devrait conserver la grande majorité de son effectif la saison prochaine, voire se renforcer. Alors, il y a de quoi espérer un retour en Pro B dans les plus brefs délais. Dans la même division, bravo aussi au STB Le Havre, un ton en-dessous du duo de tête mais qui peut s'enorgueillir de sa belle troisième place

 

En handball, la JS Cherbourg n'a pas encore terminé sa saison qu'elle l'a déjà réussie. Avec 17 victoires pour seulement 8 défaites et 1 nul, la formation manchoise a achevé le championnat sur le podium (3ème). Seul Saran, le champion, a réussi à vaincre deux fois les Mauves durant cet exercice 2020-2021. Un exercice qui peut encore se conclure en apothéose avec le Final 4 d'accession à la StarLigue. Pour s'y qualifier, la JSC défie Massy (5ème) en playoff aller-retour ce mercredi 19 et ce samedi 22 mai. Si elle remporte la finale à 4, ou retrouve Saran - déjà promu - en finale, Cherbourg accèdera à l'élite.

Mention AB et encouragements pour Rouen Rugby et les pongistes normands

Monté en Pro D2 en 2019, Rouen avait profité de l'arrêt des compétitions à cause du Covid-19 et du decret de saison blanche pour se maintenir dans l'antichambre de l'élite. L'exercice 2020-2021 n'a pas été simple pour les Lions. Après une entame catastrophique (2 victoires en 10 matchs), la formation normande s'est relevée suffisamment tôt pour achever la saison en position de premier non relégable, assurant son maintien contre le futur champion, Perpignan. 

Côté tennis de table, les deux représentants normands que sont Caen et Rouen ont livré une honorable saison, même s'ils n'ont pas réussi à profiter du nivellement du championnat. Dans l'équipe calvadosienne, l'arrivée de Yang Wang (N°2 français) a changé la donne mais ses absences ont pesé lourd dans la course au podium. Les deux formations devraient terminer dans la première partie du classement. 

En gagnant plus de 65% de ses matchs, le sino-slovaque Wang Yang a permis au Caen TTC de grimper au classement de Pro A cette saison.
En gagnant plus de 65% de ses matchs, le sino-slovaque Wang Yang a permis au Caen TTC de grimper au classement de Pro A cette saison. © Marc Chazelle, Caen TTC

Passable et peut mieux faire pour l'US Avranches et les filles de Mondeville

Le championnat de National 1 de football est sans doute l'un des plus illisibles et serrés qui puissent exister. Après avoir titillé le haut du classement jusqu'à la fin de l'hiver, les Manchois se sont relâchés, frôlant un temps la peur de la zone rouge avant de finalement se maintenir juste au dessus de la ligne de flottaison (13ème sur 18). Avec un effectif certes moins qualitatif que la saison précédente, l'USA aurait tout de même pu viser plus haut. 

Même constat pour l'USO Mondeville. Pour sa deuxième année en Ligue 2 Féminine après plus de 20 ans dans l'élite,  l'ambition était de viser le plus haut possible, de jouer la montée. Avec un effectif toujours qualitatif mais très (trop) jeune, et après un début de saison très moyen, cet objectif était déjà quasiment balayé. Malgré un beau rebond après le confinement automnal, les Lionnes ont pâti de l'enchaînement des matchs reportés à cause du Covid-19. Au final, c'est une 5ème place pour l'USOM et au club, on regrette que les playoffs initialement prévus aient été annulés en cours de saison. Pour autant, la saison prochaine soulève des promesses, car le recrutement a d'ores et déjà été ambitieux. 

Déception et avertissement pour Malherbe et le HAC

Le Havre a obtenu son maintien à l'avant-dernière journée après avoir passé les deux tiers de la saison dans la seconde partie de classement. Caen, lui, avait bien réussi son premier trimestre (4ème à la 13ème journée) mais a fini tout proche du redoublement, et a dû attendre les arrêts de jeu de l'ultime match pour se sauver, réalisant la pire de ses 37 saisons dans le monde professionnel. Alors que les deux clubs normands visaient, a minima, la lutte pour le Top 5, il est peu de dire qu'ils ont profondément déçu leurs supporters, et n'auront pas droit à l'erreur la saison prochaine.

De la déception aussi en Coupe de France de football. Pour la première fois depuis bien longtemps, aucun club amateur de la région ne s'est hissé en 32ème de finale. Pour atténuer et relativiser ce constat, notons que le changement de formule de la compétition à cause des mesures sanitaires n'a pas aidé. 

Redoublement pour les filles du HAC

Elles avaient obtenu l'opportunité de se frotter à l'élite du ballon rond féminin, les Ciel et Marine n'auront pourtant pas été à la fête, loin de là, lors d'une saison qui s'est apparentée à un long calvaire. 17 défaites, deux nuls et seulement une victoire. Retour à la case D2 pour les Normandes, clairement pas assez armées cette saison. 

Enfin, l'une des grandes déceptions sportives de l'année écoulée restera l'arrêt de carrière du boxeur Maxime Beaussire. Corrigé à la surprise générale par l'Italien Matteo Signani pour le titre de Champion d'Europe, le Conquérant a décidé de raccrocher les gants pour se lancer dans l'organisation de combats. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport région normandie football basket-ball handball cyclisme