Cyclisme : "J'ai pris un sacré plaisir sur ce Tour de France," confie le Manchois Benoît Cosnefroy

Benoît Cosnefroy (AG2R-La Mondiale) tire un bilan "très positif" de son Tour de France 2020 à l'issue de l'avant-dernière étape ce 19 septembre. Pour sa 2e participation à la Grande boucle, le Manchois de 24 ans a porté la tunique à pois de meilleur grimpeur pendant 16 jours.

Maillot à pois pendant 16 jours, Benoît Cosnefroy a animé cette édition 2020 du Tour.
Maillot à pois pendant 16 jours, Benoît Cosnefroy a animé cette édition 2020 du Tour. © Pierre Teyssot / MAXPPP
Benoît Cosnefroy peut être satisfait de sa deuxième participation au Tour de France. Aligné chez AG2R-La Mondiale pour épauler Romain Bardet, le Manchois de 24 ans a eu le culot de porter le maillot de meilleur grimpeur pendant 16 des 21 journées de la compétition.

Dépossédé de son maillot par le Slovène Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), le coureur normand s'est tout de même offert une échappée entre Bourg-en-Bresse (Ain) et Champagnole (Jura) le 18 septembre, avant d'être repris 35 kilomètres avant l'arrivée.
   

"Courir comme j'aime"

"J'ai pris du plaisir à être à l'offensive à courir comme j'aime, même si les jambes me rapellent à l'ordre de temps en temps, souffle le jeune coureur qui vient de boucler la 19e étape entre Lure et la Planche des Belles Filles. Le visage déformé par la douleur, il termine ce contre-la-montre à la 55e place, à 7' du vainqueur Tadej Pogacar, qui reverse ainsi la course en gagnant le Tour.
 

C'est la dernière étape de ce Tour de France où je pouvais me donner à fond. Je voulais me donner à 100 % même si je ne suis pas un spécialiste [du contre-la-montre, NDLR]

Benoît Cosnefroy (AG2R-La Mondiale)


Il a  gardé son vélo de chrono dans la montée finale vers la Planche des Belles Filles. "J'aurais perdu 20 secondes que je n'aurais de toutes façons pas récupéré avec le vélo de route. Je ne vous cache pas que j'ai les jambes dures après trois semaines de course. Ce sont les jambes qui m'ont limité, pas le vélo," sourit-il.

"Que du positif"

"Sur le plan personnel, ce Tour n'était vraiment que du positif. Sur le plan collectif, la victoire de Nans Peters [lors de la 8e étape entre Cazères et Loudenvielle, NDLR] est une excellente chose, ajoute-t-il.

Mais tout n'a pas été rose pour l'équipe AG2R. À côté de ça on perd Romain Bardet à mi-Tour, nuance le Manchois. C'est jamais facile de perdre son leader sur chute mais le principal est qu'il récupère et qu'il passe une bonne convalescence," ajoute-t-il.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport