Cet article date de plus de 5 ans

DCNS lance son usine d'hydroliennes à Cherbourg

Décidément, Cherbourg a le vent en poupe pour DCNS. Après le contrat australien de sous-marins, le PDG Hervé Guillou est venu déposer un permis de construire pour une usine d'hydroliennes. In fine, 7 turbines seront immergées dans le fameux raz Blanchard, dans la Hague. Le début d'un long processus
Une hydrolienne DCNS
Une hydrolienne DCNS © DCNS OpenHydro
Le projet :
François Hollande, en personne, était venu en 2013 à Cherbourg pour donner le coup d'envoi à la filière hydrolienne française. Et il était temps puisqu'en la matière la France est relativement en retard par rapport à ses voisins.

Mai 2016 : le permis de construire déposé

Il s'agit de construire un atelier d'assemblage de 5 500 m2. Construit par Ports Normands Associés (PNA), il sera loué par DCNS pour l'assemblage de 7 hydroliennes. Cette usine pourrait démarrer en 2017 et générer la création d'une dizaine d'emplois dans un premier temps. 

Thierry Kalanquin, directeur de la division Energie et infrastructures marines DCNS :

 "On arrivera à 300 emplois dans la phase dite commerciale"


La première ferme commerciale d'hydroliennes pourrait voir le jour en 2021. On estime le potentiel du raz blanchard à 2 EPR.

 

Reportage et explications Sylvain Rouil et Claude Leloche

durée de la vidéo: 01 min 52
La ferme de 7 hydroliennes ©F3 BN




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables mer énergie environnement société cotentin économie réunification de la normandie