Maxine, 14 ans, toujours en attente d'un don de moelle osseuse

Nous vous en parlions en novembre dernier, Maxine, 14 ans, en attente d'un don de moelle osseuse, était hospitalisée en chambre stérile au CHU de Caen. L'adolescente est sortie de l'hôpital le 1er janvier. Elle est sous traitement en attendant de trouver un donneur.

Il y a une semaine, Maxine soufflait ses 14 bougies. Et bonne nouvelle, même si c'était en petit comité, elle a pu fêter son anniversaire chez elle avec sa famille, aux Veys près de Carentan-les-Marais. Hospitalisée dans une chambre stérile depuis le 16 novembre 2022, l'adolescente a pu sortir de l'hôpital le 1er janvier dernier. Les médecins lui ont prescrit un traitement d'un an qui lui permet de ne plus être en milieu stérile :

"C'était une belle surprise, on ne s'attendait pas à ce que Maxine sorte de l'hôpital !"

Phil Garner, papa de Maxine

France 3 Normandie

Phil Garner, papa de Maxine, ajoute :"Ma fille a repris l'école avec un protocole particulier, elle a ce traitement mais on ne sait pas ce que ça va donner et comment les choses vont évoluer. Maxine est toujours en attente d'un don de moelle osseuse".

Trouver des donneurs de moelle osseuse sur le terrain

Depuis des mois, la famille et les proches de Maxine se battent pour trouver un donneur. Ce samedi 4 février, ils installent un stand au Cross départemental des sapeurs-pompiers à l'hippodrome de Carentan (Manche). Lors de cette journée, ils vont distribuer des kits de prélèvement de salive, donnés par l'Agence de Biomédecine, pour trouver des donneurs potentiels de moelle osseuse.

Concrètement, le donneur met quelques gouttes de salive dans un tube, la salive est analysée pour en faire une "carte d'identité biologique" indispensable pour savoir s'il est compatible ou pas avec un patient. Si c'est le cas, le donneur sera contacté pour réaliser le don. Phil Garner nous explique que : "on veut voir s'il est possible de recruter des donneurs par ce biais, c'est une première en France".

Ces donneurs ne feront pas forcément don de leur moelle osseuse à Maxine. Cela va participer à augmenter le nombre de donneurs et multiplier les chances d'en trouver un compatible avec la jeune fille. 

"L'idée de cette démarche est d'aider aussi d'autres personnes. Il faut plus de diversité dans les fichiers des donneurs".

Phil Garner, papa de Maxine

France 3 Normandie

Un donneur de type asiatique-européen pour Maxine

Depuis le diagnostic de la maladie de Maxine le 16 novembre 2022, sa famille lance un appel au don de moelle osseuse et surtout de donneurs avec un patrimoine génétique de type asiatique-européen. Car l'adolescente est issue d'un couple mixte. Pour l'heure, aucun donneur compatible n'a été trouvé. "Au départ les médecins nous ont dit qu’ils trouveraient un donneur, mais après ils se sont rendus compte qu’ils n’en avaient pas, vu son haplotype - elle mélange les gènes des deux cultures" nous expliquait le père de Maxime en novembre dernier.

"Il faudrait 66 000 donneurs eurasiens de plus pour avoir une chance de trouver un donneur compatible"

Phil Garner, papa de Maxine

France 3 Normandie

"Pour améliorer les chances de trouver un donneur compatible pour chaque malade, le registre des donneurs volontaires de moelle osseuse doit refléter la diversité des profils génétiques qui existent en France et dans le monde", peut-on lire sur le site du don de moelle osseuse.

Dans 80% des cas, le don de moelle osseuse se fait sur le même principe qu’un don de plaquettes, par prélèvement sanguin. Pour les 20% restants, le prélèvement s’effectue directement dans les os postérieurs du bassin, sous une courte anesthésie générale. Contrairement aux idées reçues, elle n’est jamais prélevée dans la colonne vertébrale car la moelle osseuse n’a rien à voir avec la moelle épinière.

En attendant, les parents de Maxine espèrent très vite trouver un donneur pour leur fille de 14 ans.