Don Pierre Doat, prêtre et recteur du Mont-Saint-Michel, sort son premier livre intitulé "Le roman des anges" (Salvator). Pour lui, chacun est influencé et guidé par un ange gardien. C'est irrationnel et pourtant, qui n'a jamais entendu une "petite voix" intérieure ?

Peut-être avez-vous déjà entendu cette petite voix intérieure qui vous conseille ? Ou bien avez-vous senti une présence invisible qui veillait sur vous ? Pour Don Pierre Doat, prêtre et recteur du Mont-Saint-Michel pas de doute, c'est bien votre ange gardien qui est près de vous et qui vous guide.

Un guide pour son protégé

Dans son ouvrage Le roman des anges, paru le 11 avril 2024, aux éditions Salvator, Don Pierre Doat raconte l'histoire d'Arnaud. Un homme qui arrive aux portes du paradis et rencontre son ange gardien. Il a des interrogations et veut comprendre. Alors, il lui demande : "Mais qu'est-ce qu'un ange ?". L'ange décide de révéler à son protégé l'histoire de la création de ces êtres et leur mission.

"Nous ne sommes pas seuls. Dans la Bible, les anges sont des messagers qui servent Dieu. Par exemple, l'ange Gabriel a annoncé à la Vierge Marie qu'elle donnerait naissance à Jésus, le fils de Dieu. L'Archange, lui, est l'ange du combat spirituel. Celui qui se bat contre les forces du mal", explique Don Pierre Doat. 

"La croyance des anges vient aussi réconforter la solitude des hommes et des femmes"

L’ange gardien serait donc un esprit divin envoyé du ciel par Dieu à notre naissance. L'homme d'Église en est convaincu. Les anges sont présents dans les trois religions monothéistes : le judaïsme, le christianisme et l’islam. Et dans chacune de ces religions, ils ont la même fonction : guider l’homme sur un chemin vertueux tout au long de sa vie et lui permettre d’atteindre le paradis après la mort.

L'esprit cartésien reste forcément de marbre face à ces assertions. "Il faut souvent un accident de la vie, qui nous fragilise, pour nous rendre disponibles à cet inattendu et nous ouvrir à une autre dimension, dont les lois dépassent celles de la physique classique" observe Isabelle de Kochko, psychologue clinicienne spécialisée dans les expériences extraordinaires et hypnothérapeute. 

Elle précise tout de même : "Quelles que soient nos croyances, il faut donner du crédit à "cette petite voix". C'est elle qui nous guide vers ce qu'il y a de plus important à nos yeux, au-delà des normes imposées par la société qui nous standardisent".

"Dans ce livre, l'ange gardien devient un véritable compagnon de route pour Arnaud avec l'objectif, pour ce catholique, d'obtenir une place au ciel", précise le prêtre. Les Écritures saintes sont prolixes sur ces êtres, leur rôle et leur mission. À travers ce roman, Don Pierre Doat a voulu décrire le monde angélique de manière pédagogue : "Je souhaitais donner des enseignements sur ce sujet au plus grand nombre. Les chrétiens ne sont pas les seuls à mener un combat spirituel dans leur vie. Nous vivons dans un monde individualiste, égoïste. L'existence et la croyance des anges viennent aussi réconforter la solitude des hommes et des femmes".

Une "petite voix", un signe, une coïncidence...

Dans le roman, Arnaud apprend donc à connaître son ange gardien et l'histoire de ses pairs. Et au fur et à mesure, on se rend compte que le héros de cette histoire est bel et bien celui qui discrètement guide son protégé : "Ce roman peut peut-être aider les lecteurs à s'initier ou initier à nouveau leur relation avec leur ange gardien", confie Don Pierre Doat.

De son côté, Étienne Madranges, magistrat à Versailles (Yvelines), qui fut avocat général de cour d’assises pendant vingt ans, est catégorique : "Je suis sûr d'avoir un ange gardien. Parfois, cela fait rire les gens, mais je crois qu'il me protège !"

Ce chrétien est d'ailleurs un spécialiste de la question. Véritable "chasseur d'anges", il travaille depuis longtemps sur le thème. Durant plusieurs années, il a recensé les créatures ailées à Paris. Sous les fontaines, dans les cimetières, sur les façades d'immeubles, Etienne Madranges en a photographié plus de 20 000. Il en a même tiré un livre nommé Les anges de Paris, sentinelles de vie.

Des créatures fortement liées au monde religieux, mais ce passionné rappelle que bon nombre de ces créatures invisibles peuvent être laïques aussi : "On a les bébés potelés et ailés que l’on nomme chérubins ou « putti » dans l’art baroque. Les artistes s'inspirent énormément des anges pour leurs œuvres. On en retrouve dans un texte de Baudelaire. Ou encore... on connaît tous Cupidon ".

"On y croit, mais on ne sait pas pourquoi. C'est comme croire aux extraterrestres."

Mais qu'on soit croyant ou non, on a tous déjà éprouvé ce sentiment mystérieux d'avoir vu un signe, une coïncidence, croire en sa bonne étoile. Certains évoquent une aide "miraculeuse", surgie de nulle part, qui leur a permis d’éviter de justesse un accident : "Forcément, dans ces moments-là, beaucoup se demandent s'ils ont un ange gardien quelque part qui veille sur eux. On y croit, mais on ne sait pas pourquoi. C'est comme croire aux extraterrestres. Tout ça, c'est du domaine de la croyance et du ressenti. Scientifiquement, on ne peut pas prouver l'existence des anges gardiens. Il n'y a pas eu de manifestations", ajoute Etienne Madranges.

Ce qui est prouvé en revanche, c'est que notre cortex rationnel et logique nous est de peu d'utilité pour résoudre nos problèmes. Alors, il faut trouver l'inspiration "ailleurs" : "Quand les esprits cartésiens occidentaux parlent de "sixième sens" ou d’"intuition", d’autres cultures (hindouisme, bouddhisme, taoïsme, chamanisme) mettent en avant une connexion avec l’invisible, matérialisée par le dialogue avec un "esprit"", observe Stéphane Alix, fondateur en 2007 de l'Institut de recherche sur les expériences extraordinaires (INRESS) lors d'une interview accordée à Femme Actuelle. 

Etienne Madranges conclut : "Parfois, vous savez, il ne faut simplement pas chercher à comprendre…"