Un escape game pour le 75ème anniversaire du débarquement à Carentan

Attention aux généralités sur de Débarquement, alertent les historiens. / © Pixabay
Attention aux généralités sur de Débarquement, alertent les historiens. / © Pixabay

Le 75ème anniversaire du débarquement approche et pour aborder l’Histoire autrement, Carentan-les-Marais (50) accueillera l’escape game « Le Blockhaus » sur la Seconde Guerre mondiale. Conçu par deux jeunes Normands, le projet devrait voir le jour cet été.

Par Pauline Comte

Se mettre dans la peau d’un résistant ou d’un soldat, pendant quelques heures : c'est ce que permettra bientôt un jeu de rôle à Carentan-les-Marais, dans la Manche. Tout près des plages du débarquement, Estelle Foucher (22 ans) et Nils Corbin (24 ans) mettent au point un escape game sur le thème de la Seconde Guerre mondiale.
 
 


Divertir mais pas seulement

Bercé depuis son plus jeune âge par l’histoire du DDay, le duo de Manchois a choisi de proposer une autre lecture de la guerre de 1939-45.

« On a travaillé sur une appréhension de l’Histoire différente de celle des musées, en jouant sur l’aspect ludique », lance Estelle Foucher, avant d’ajouter : « l’escape game ne sera pas qu’un moment divertissant, l’idée est de donner aux participants un bagage de connaissances historiques ».

Pour l’aspect historique, les deux collaborateurs aux esprits joueurs sont bien épaulés. L’enseignant d’Histoire et directeur du Normandy victory museum, Patrick Fissot veille à la véracité des faits qui nourrissent les scénarios du jeu.



Un escape game pas comme les autres

Comme dans tout escape game, les joueurs sont conviés à résoudre une série d’énigmes en moins de 60 minutes pour sortir d’un espace. Deux pièces, avec deux intrigues distinctes, seront mises à disposition.

Les équipes de trois à six personnes, à partir de l’âge de 12 ans, pourront jouer « le rôle de résistants français et de soldats alliés en traversant des pièces d’époque et un bunker », racontent les deux associés.

Le plus ? Rendre l’activité immersive. « Pour résoudre les énigmes, les habituels cadenas seront remplacés par des mécanismes électroniques ingénieux », confie Estelle Foucher sans en dévoiler les détails.
 

«  Ce qui nous plaît dans un escape game, c’est l’esprit de cohésion qui se crée pendant 60 minutes avec les co-équipiers », constate Estelle Foucher instigatrice du projet avec Nils Corbin.


Le « Blockhaus » a besoin de soutien

Les scénarios sont bouclés, prêts à être déposés à l’INPI et les travaux d’aménagement débutent tout juste dans le local de près de 200 m2 fraîchement acquis. Un partenariat avec un décorateur est d'ailleurs prévu. 
 

« On a lancé un crowdfunding pour offrir la meilleure qualité de jeu possible », explique Estelle Foucher.


Pour voir le projet aboutir, les deux jeunes férus d’énigmes se basent sur un investissement de 100 000 euros. En guise de coup de pouce, ils ont lancé le 11 janvier une campagne de financement participatif. Ils espèrent récolter 6 000 euros d’ici le 25 février.

En famille, entre amis ou entre collègues, l’escape game « Le Blockhaus » devrait ouvrir au public cet été, pour commémorer « autrement » le 75ème anniversaire du débarquement, précise Estelle Foucher.
 

Sur le même sujet

Les + Lus