Exploitation de l'EPR de Flamanville : vous pouvez donner votre avis jusqu'au 22 juillet

Le ministère de la transition écologique a ouvert une consultation publique sur l’autorisation d’exploiter le réacteur nucléaire EPR de Flamanville. Les citoyens ont jusqu'au 22 juillet pour donner leur avis sur internet.
EPR de Flamanville
EPR de Flamanville © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

EDF espère un chargement du combustible à la fin de l'année 2022. Un planning que le président de l'Autorité de Sûreté Nucléaire a, pour sa part, qualifié en mai dernier de "très serré". Car le chantier de l'EPR est un feuilleton fleuve à rebondissements. Quand les travaux ont débuté en décembre 2007, la mise en service était programmée en 2012. Près de dix ans après la date butoir initiale, la facture a explosé, 12,4 milliards d'euros selon EDF contre 3,3 milliards prévus, et les embûches continuent de s'accumuler.

Néanmoins, à un peu plus d'un an du chargement du combustible (selon le calendrier actuel), le ministère de la transition écologique lance cette semaine une consultation publique sur "l’autorisation d’exploiter l’installation de production d’électricité EPR Flamanville 3", une consultation qui ne relève pas du bon-vouloir des autorités mais d'une obligation. "Conformément à l’article L. 123-19-2 du code de l’environnement, la décision d’autoriser l’exploitation d’une installation de production d’électricité de type nucléaire fait l’objet, en amont, de la mise en œuvre d’une procédure de participation du public", indique en préambule le ministère de la transition écologique.

Les citoyens ont jusqu'au jeudi 22 juillet pour donner leur avis sur le site internet du ministère de la transition écologique, un site sur lequel ils pourront cosulter le dossier demande d’autorisation d’exploitation déposé par EDF le 7 avril 2021.  La "présente consultation ne préjuge pas de l'issue de l'examen en cours" par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), de la demande de mise en service que lui a adressée EDF, précise toutefois le ministère.

L'ASN prendra en compte l'incident de Taishan

Le chantier de l'EPR n'est décidément pas un long fleuve tranquille. Des anomalies ont été récemment détectées sur les soudures de trois piquages (partie d'une tuyauterie qui la raccorde à une autre ou à un récipient). Le gendarme du nucléaire (ASN) a déclaré mardi dernier qu'il prendrait "après l'été" une position de principe sur les premières propositions d'EDF pour résoudre ce problème.

Il a également indiqué qu'il tiendrait compte, avant d'autoriser la mise en service de l'EPR de Flamanville, de l'incident qui s'est produit en juin à Taishan, en Chine, sur un des deux seuls réacteurs EPR en fonctionnement dans le monde. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
epr environnement nucléaire