Guernesey supplie les plaisanciers français de ne pas accoster

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pierre-Marie Puaud (avec AFP)
Un bateau au mouillage au large devant Saint Peter port
Un bateau au mouillage au large devant Saint Peter port © PHOTOPQR/LE PARISIEN

L'île anglo-normande est à portée de voile de la côte ouest du Cotentin. L'excursion est tentante. Les autorités du Baillage de Guernesey rappellent toutefois que les îles demeurent interdites aux visiteurs étrangers jusqu'à nouvel ordre.

C'est dit avec tact : "alors que la météo estivale nous est très favorable, nous comprenons que de nombreux marins français souhaitent profiter des magnifiques paysages et des eaux claires autour de Guernesey, Aurigny, Sercq et Herm", écrivent les États de Guernesey dans un communiqué. Toutefois, le message est clair : "le mouillage, les ports de plaisance et les plages de toutes les îles du Bailliage sont fermées à tous les navires battant pavillon extérieur aux îles".

Guernesey est-elle la plus belle des îles anglo-normandes ?


Seuls les bateaux "ayant un réel besoin urgent de se rendre ou de mouiller dans les eaux du Baillage" sont autorisés à le faire sous réserve de se plier à la règle du confinement. "Il convient que toutes personnes arrivant dans le Bailliage de n'importe où dans le monde, doivent s'isoler pendant 14 jours à leur arrivée et ceci inclut toutes les arrivées par des navires privés ou affrétés. Le non-respect de la période d'isolement légale de 14 jours est une infraction pénale", soulignent les autorités.
Le baillage de Guernesey s'en remet au civisme des plaisanciers pour ne pas ruiner les efforts fournis : "Les habitants de Guernesey, Alderney, Sercq et Herm ont bataillé dur pour éliminer le Covid 19 des îles du Baillage, et nous espérons pouvoir accueillir nos visiteurs dans un avenir proche".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.