Epidémie de rhinopneumonie: à Saint-Lô, des Poneys sous les pommiers et sous haute surveillance

Une épidémie de rhinopneumonie sévit dans toutes la France et principalement dans l'Ouest, en Normandie ou dans la Sarthe. Cette maladie peut entraîner la mort de chevaux. Certaines compétitions sont annulées. A Saint-Lô, un dispositif a été mis en place pour éviter toute contagion. 

Le concours "Poneys sous les pommiers" a mis en place un protocole sanitaire strict pour empêcher toute propagation du virus de la rhinopneumonie. Les animaux sont contrôlés à leur arrivée et tout au long de la compétition.
Le concours "Poneys sous les pommiers" a mis en place un protocole sanitaire strict pour empêcher toute propagation du virus de la rhinopneumonie. Les animaux sont contrôlés à leur arrivée et tout au long de la compétition.
Depuis le mois de mars, le Réseau d'Epidémio-surveillance en pathologie équine a lancé deux appels à la vigilance. Le virus de la rhinopneumonie ou herpès viroses de type 1 et 4 est en pleine expansion en Frnace, notamment dans l'Ouest. La maladie peut revêtir une forme respiratoire (des symptômes grippaux), abortive ou nerveuse. Et dans les cas les plus sévères, peut entraîner la mort de l'animal. Elle se transmet rapidement par les voies respiratoires. 


22 foyers d'infection ont été identifiés et concernent principalement des chevaux de sport. Et ce alors que la saison des compétitions bat son plein dans l'hexagone. Plusieurs d'entre elles ont été annulées par précaution. Dans la région, c'est le pôle international du cheval de Deauville qui a décidé de renoncer à son concours de saut d'obstacles programmé du 27 avril au 1er mai. D'autres ont choisi de prendre le problème à bras le corps en mettant en place un protocole sanitaire strict pour préserver la santé des compétiteurs et empêcher toute propagation.


C'est le cas du concours "Poney sous les pommiers", dont la troisième édition a débuté ce dimanche 29 avril à Saint-Lô. Le millier de chevaux engagés dans la compétition doit montrer patte blanche à l'entrée pour accéder au site: prélèvements et prise de température obligatoire avant de pouvoir gagner les box. Pour l'instant, seuls trois participants se sont vus refuser l'accès. Mais le protocole ne s'arrête pas là. Les animaux sont suivis tout au long de la compétition et des prélèvements sont envoyés en laboratoire pour analyse.

Reportage de Layla Landry et Stéphane Janeczko
Intervenants:
- Mathilde Audic, vétérinaire bénévole
- Axel Carpentier, président du concours Poney sous les Pommiers
- Théo Pillegreau, vétérinaire à Saint-Lô

Poney sous les pommiers et sous haute surveillance

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cheval animaux sorties et loisirs équitation sport santé société