Tentative de meurtre dans un lycée à Saint-Lô : des travaux de sécurisation auront lieu dans l'établissement

Des travaux de sécurisation du lycée Curie-Corot de Saint-Lô vont avoir lieu, annonce la Région Normandie une semaine après la tentative de meurtre dans l'établissement. Le vendredi 14 octobre, un jeune de 17 ans s'était introduit dans le lycée et s'en était violemment pris à un adolescent du même âge.

Une semaine après la tentative de meurtre au lycée Curie-Corot de Saint-Lô, la Région Normandie a annoncé la reprise de travaux de sécurisation dans l'établissement, après les vacances de la Toussaint. "Une grande partie des travaux de sécurisation de l'établissement sont déjà réalisés", fait savoir la collectivité. Il s'agit désormais de fermer le parvis du lycée. Cette reprise des travaux intervient alors que des élèves, des parents et des personnels se sont interrogés sur la sécurité dans le lycée après l'introduction dans le bâtiment d'un personne extérieure à l'établissement. Le 14 octobre dernier, un adolescent de 17 ans s'était introduit dans l'établissement à l'heure du déjeuner et avait violemment agressé un autre jeune homme du même âge "en l'étranglant et en lui portant des coups au visage", indiquait le procureur de la République de Coutances Michaël Giraudet. Placé en garde à vue, le prévenu avait été présenté dimanche dernier à un juge d'instruction puis mis en examen du chef de tentative de meurtre et placé sous contrôle judiciaire.

La sécurité de l'établissement en cause

Rencontré lundi, deux élèves s'interrogeaient sur la sécurité au sein de leur établissement. "On ne se sent pas protégé. Tout le monde peut entrer dans le lycée, on n’est pas rassuré maintenant", témoignait un lycéen de l'établissement. " Le fait que la personne ne soit pas du lycée, qu’elle rentre comme ça c’est vraiment pas commode, habituelle. Si on peut rentrer dedans comme dans un moulin ça sert à rien", renchérissait un élève de terminal présent à la cantine au moment des faits.

Les travaux de sécurisation devraient être terminés d'ici à la fin de l'année assure le conseil régional de Normandie.