Nucléaire - Problèmes de fabrication et de corrosion, visite décennale : Flamanville à l'arrêt

Des pièces présentant "un écart" ont été installées sur plusieurs générateurs et pressuriseurs de la centrale de Flamanville. / © Jonathan KONITZ
Des pièces présentant "un écart" ont été installées sur plusieurs générateurs et pressuriseurs de la centrale de Flamanville. / © Jonathan KONITZ

EDF a annoncé ce mercredi 18 septembre que sept réacteurs nucléaires français étaient concernés par des pièces non conformes livrées par le constructeur Framatome. Parmi eux, l'EPR de Flamanville. Par ailleurs, la centrale est à l'arrêt complet pour réparation et visite décennale. 

Par Boris Letondeur, avec AFP

Six réacteurs nucléaires actuellement en exploitation en France sont concernés par des problèmes de fabrication. EDF a annoncé ce mercredi 18 septembre que des anomalies sur certains composants ont été découverts la semaine dernière. Cependant, à ce stade, les réacteurs sont jugés aptes au service.

    "A ce stade de l'instruction technique portant sur ces composants, EDF estime que les écarts constatés ne remettent pas en cause l'aptitude au service des matérielset ne nécessitent pas de traitement immédiat" Communiqué officel EDF

L'EPR de Flamanville, pas encore en service, est concerné par ces problèmes de fabrication sur plusieurs constructions différentes : les quatre générateurs de vapeur et le pressuriseur du réacteur. EDF avait annoncé la semaine dernière que des procédures n'avaient pas été respectées par sa filiale Framatome lors d'opérations réalisées sur certaines soudures de générateurs de vapeur, de gros composants des centrales.

7 centrales concernées en France

L'EPR de Flamanville mis à part, EDF et son fabricant Framatome ont recensé des dysfonctionnements sur 16 générateurs de vapeur installés sur six réacteurs en exploitation. Il s’agit des réacteurs n° 3 et 4 de Blayais (Gironde), du réacteur n° 3 de Bugey (Ain), du réacteur n°2 de Fessenheim (Haut-Rhin), du réacteur n°4 de Dampierre-en-Burly (Loiret), ainsi du réacteur n° 2 de Paluel (Seine-Maritime).  

EDF s'est, bien sûr, voulu rassurant indiquant que "les écarts constatés ne remettaient pas en cause l’aptitude au service des matériels et ne nécessitaient pas de traitement immédiat".

Prévenue la semaine dernière, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) doit encore se prononcer sur ce dossier.

Flamanville à l'arrêt complet

L'annonce d'EDF intervient une semaine après le placement de la centrale sous surveillance renforcée. En parallèle de cette nouvelle annonce d'EDF, l'unité de production n°1 a été mise à l'arrêt pour remplacer des supports de fixation présentant des traces de corrosion. L'unité de production n°2 est, quant à elle, déjà à l’arrêt puisqu'elle passe sa troisième visite décennale.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Droit de retrait agents SNCF

Les + Lus