Normandie : doit-on avoir peur du loup ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Lorillec, Amandine Pinault
Normandie : faut-il avoir peur du loup ?
Normandie : faut-il avoir peur du loup ? © ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP

La présence d'un loup gris est confirmée dans le Calvados par l'Office français de la biodiversité. Alors faut-il en avoir peur, comment réagir face à un loup, l'espèce est-elle protégée ?

Un animal ressemblant à un loup avait été aperçu le vendredi 19 novembre près de Bayeux. L’Office français de la biodiversité s'est rendu sur place pour faire des prélèvements et confirme désormais la présence d'un loup gris dans le Calvados.

Des questions se posent pour les habitants des zones proches de celle où a été vu l'animal : que faire en sa présence, doit-on avoir peur ? La préfecture du Calvados a répondu à nos questions sur cette arrivée récente du loup dans le département.

Que doit-on faire face à un loup  : fuir, chercher à le capturer ?

Se retrouver face à cet animal discret est assez rare, malgré les observations faites le 19 novembre dernier. "Aucune interaction négative avec l’homme n’a été enregistrée depuis son retour en France", selon la préfecture du Calvados, "Il n’y a donc aucune crainte à avoir mais il ne faut pas essayer de l’approcher".

La destruction illégale de cette espèce protégée constitue un délit puni de trois ans d’emprisonnement et de 150 000 € d’amende en application du Code de l’Environnement, article L 415-3.

Peut-on penser qu’il y ait d’autres loups dans le Calvados et faut-il s’en inquiéter ?

La population de loups en France est estimée aujourd’hui à environ 620 individus, principalement située dans le quart nord-est de la France. Elle est en accroissement (+8% entre l’hiver 2020 et l’hiver 2021).

Si la présence du loup dans le Calvados est une première depuis plus d’un siècle, l’espèce est connue pour sa grande capacité de dispersion. Elle est ponctuellement mais régulièrement aperçue sur des territoires éloignés du cœur de population alpin, comme ça a été le cas en Charente-Maritime, Seine-Maritime ou dans l’Eure.

A l’automne, les jeunes nés au printemps prennent pleinement leur place au sein du groupe, contraignant d’autres individus à quitter la meute pour chercher un nouveau territoire où s’établir.Au printemps, les subadultes qui ne peuvent se reproduire au sein des meutes quittent leur territoire de naissance en quête d’un partenaire sexuel.

Ces individus en phase de colonisation peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres avant de se fixer, et ceci en quelques mois (distance de dispersion record pouvant dépasser les 1500km depuis le lieu de naissance). Le système de colonisation par "bonds" est caractéristique du loup. Le nouveau territoire d’installation peut être séparé de la meute d’origine de plusieurs dizaines voire centaines de kilomètres, laissant des espaces vides qui peuvent être colonisés par la suite. Ceci explique notamment certaines observations isolées, loin des zones de présence permanente connues, comme dans le Calvados, l’Eure ou la Seine- Maritime. Ces individus en phase de dispersion peuvent séjourner plusieurs mois dans un secteur avant de le quitter. La rapidité de déplacement et la discrétion de cette espèce d’un point à un autre fait que l’espèce peut facilement passer inaperçue le long de son trajet de dispersion.

A ce stade, cette observation dans le Calvados ne permet pas d’affirmer que le loup s’installe dans le département. La capitalisation des informations dans le temps est nécessaire pour évaluer l’évolution de la situation.

Quel est le statut de cet animal, le loup est-il protégé ?

Le loup est une espèce strictement protégée au niveau international, communautaire et national. Les textes imposent que soient interdites toute forme de détention, de capture, de mise à mort intentionnelle, de perturbation intentionnelle, de commerce des spécimens prélevés dans la nature d’espèces de faune sauvage, parmi lesquelles le loup.

La destruction illégale d'un loup constitue un délit, puni de trois ans d’emprisonnement et de 150 000 € d’amende en application du Code de l’Environnement, article L 415-3.  

"Mais que fait la police ?"

Que font les autorités face au loup ? Doit-on le laisser divaguer ou décider de le capturer ? Le loup est une espèce protégée revenue naturellement sur le territoire français. "Depuis son retour, l’État a choisi de favoriser les conditions qui permettent de concilier les activités humaines et la présence de cette espèce protégée" explique la Préfecture du Calvados, "cette volonté s’exprime au travers du plan national d’actions, porté conjointement par les ministères chargés de l’environnement et de l’agriculture." 

Que mange le loup ?

"Le régime alimentaire du loup est très opportuniste, il s'adapte aux proies disponibles " explique Nathalie Pfeiffer, de l'Office français de la Biodiversité, "chevreuils, sangliers, cerfs, mais c'est un animal qui peut être assez fainéant et se contenter de proies plus faciles à attraper comme des moutons".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.