Blocage de la prison de Condé-sur-Sarthe : nouveau face à face entre les surveillants et les gendarmes mobiles

Troisième jour de blocage de la prison de Condé-sur-Sarthe et nouveau face à face entre les surveillants et les gendarmes mobiles. / © JY Gélébart
Troisième jour de blocage de la prison de Condé-sur-Sarthe et nouveau face à face entre les surveillants et les gendarmes mobiles. / © JY Gélébart

Troisième jour de blocage au centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe ce vendredi où deux surveillants ont été poignardés le 5 mars dernier. Les gendarmes mobiles étaient en nombre et ont tenté de déloger les manifestants. Les Eris et de la nourriture ont pu pénétrer dans l'établissement.

Par CM

Ce vendredi 8 mars au matin, quatre prisons françaises étaient encore bloquées, à commencer par celle de Condé-sur-Sarthe, près d'Alençon, où deux surveillants ont été grièvement poignardés mardi dernier. Selon les service communication de l'administration pénitentiaire, une cinquantaine d'agents bloquaient l'entrée de l'établissement ce matin à 7 heures. Comme la veille, les gendarmes mobiles étaient présents en nombre ce vendredi.
 

Plusieurs manifestants se sont accrochés sur l'un des portails permettant de pénétrer dans l'établissement. Les forces de l'ordre ont de nouveau utilisé des gaz lacryymogènes contre les surveillants pour dégager le passage.
 
Troisième jour de blocage à la prison de Condé-sur-Sarthe

Les gendarmes mobiles ont réussi à faire rentrer les équipes des Eris (Equipes Régionales d'Intervention et de Sécurité), le GIGN de la pénitentiaire intervenant en cas d'incident violent mais assurant aussi le fonctionnement minimum des prisons en cas de mouvement de grève. La situation est ensuite revenue au calme.
 
© JY. Gélébart
© JY. Gélébart

Les surveillants de Condé-sur-Sarthe ont prévu de bloquer les parloirs ce vendredi après-midi et durant tout le weekend. L'un des gardiens blessés mardi dernier par un détenu radicalisé, doit sortir de l'hôpital ce vendredi et rendre visite à ses collègues dans l'après-midi. 

De source syndicale, 80 établissements en France ont fait l'objet d'actions menées par le personnel pénitentiaire: retard à la prise de service, blocage partiel ou temporaire.

Un individu suspect interpellé

Un incident à mis fin temporairement au face à face entre gendarmes mobiles et manifestants et suscité un mouvement de panqiue. Un individu suspect, circulant sur un scooter et muni d'une arme blanche a été intercepté à côté de l'établissement.
 


Soutien de gilets jaunes


Dans l'après-midi, les surveillants de Condé-sur-Sarthe ont reçu la visite et le soutien d'une quinzaine de gilets jaunes. Un soutien notamment sur le droit de manifester. 
ce 8 mars 2019 devant la prison de Condé-sur-sarthe / © JYgélébart
ce 8 mars 2019 devant la prison de Condé-sur-sarthe / © JYgélébart

Sur le même sujet

Droit de retrait agents SNCF

Les + Lus