Féminicide à Alençon : la Reconstitution du meurtre de Laura Tavares

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pierre-Marie Puaud (avec Gwenaëlle Louis)

Evan Jean est revenu sur les lieux du crime ce mardi 26 avril 2022, encadré par de nombreux policiers. Le jeune homme est soupçonné d'avoir porté des coups de marteau et de couteau sur son ex-compagne le 14 janvier 2021 à Alençon (Orne). Le juge d'instruction lui demande aujourd'hui de rejouer la scène dans l'intérêt de l'enquête.

Le suspect est sorti du fourgon pénitentiaire avec un blouson sur la tête, ainsi soustrait à la curiosité des regards et des objectifs. Il a été aussitôt conduit dans l'immeuble situé au numéro 27 de la rue Saint-Blaise à Alençon, dans l'Orne. C'est là que vivait Laura Tavares. Le 14 janvier 2021, cette jeune apprentie coiffeuse âgée de 21 ans rentre chez elle pour déjeuner, sans se douter qu'elle va tomber sur son ex-conjoint.

durée de la vidéo : 07sec
Arrivée du prévenu à la reconstitution ©France 3 Normandie

Où se trouvait Evan Jean ? Sur le trottoir devant l'immeuble ? Était-il caché quelque part dans la cage d'escalier ? Et depuis combien de temps l'attendait-il ? La chronologie a son importance : s'il est avéré que le suspect a patienté pendant un long moment avec un sac à dos contenant un couteau et un marteau, la question de la préméditation est posée. En organisant cette reconstitution, le juge d'instruction entend manifestement confronter le suspect à ses déclarations et aux conclusions du médecin légiste.

"Une scène d'une rare violence et d'une exceptionnelle brutalité"

Le corps de Laura découvert peu après le drame présentait de nombreuses traces de coups et d'affreuses blessures. "Une scène d'une rare violence et d'une exceptionnelle brutalité", précise alors François Coudert, le procureur de la République d'Alençon. Au lendemain du drame, Evan Jean se rend au commissariat de police. Devant les enquêteurs, le jeune homme alors âgé de 22 ans reconnaît son implication.

Les premiers éléments de l’enquête révèlent que Laura Tavares et Evan Jean s’étaient séparés en mars 2020 après une relation de près de quatre ans. "Une rupture mal vécue par le mis en cause qui a avoué devant les forces de l’ordre des violences ponctuelles et diverses au cours de cette relation. C’est un couple qui n’apparaissait malheureusement pas sur les radars, malgré les signes avant-coureurs", ajoute le procureur de la République.

La mort de Laura Tavares suscite une vague d'indignation. Un rassemblement est spontanément organisé devant l'immeuble où ses amis viennent déposer des fleurs. Plusieurs centaines de personnes participent à une marche blanche dans les rues d'Alençon pour demander que des mesures soient prises afin que cessent ces violences faites aux femmes.

Très souvent, trop souvent, les féminicides sont en partie dus à un défaut de prise en charge. Selon les premiers éléments de l’enquête, aucune plainte ou main courante n’avait été déposée au nom du couple ou de la jeune victime. Malgré tout, notre responsabilité est collective. Est-ce que chaque collègue, chaque voisin, témoin de choses bizarres fait ce qu’il faut ?

François Coudert, procureur de la République d'Alençon, le 17 janvier 2021

Plus d'un an après les faits, Evan Jean accompagné de son avocat a de nouveau monté les escaliers menant à cet appartement où Laura a laissé la vie. Dehors, les quelques curieux et les journalistes étaient tenus à l'écart. Rien n'a filtré. La reconstitution a pris fin vers 13h. Les avocats des parties civiles et l'avocat de la défense n'ont fait aucune déclaration. Le suspect a regagné la maison d'arrêt où est détenu dans l'attente de son procès prévu en 2023. Il reste mis en examen pour assassinat.