Ornithologie : bientôt un nouvel atlas des oiseaux de Normandie

Le nouvel atlas des oiseaux de Normandie est en préparation par le groupe ornithologique normand (GONm). Fruit des observations des bénévoles, comme ce week-end aux îles Chausey, l'ouvrage sera publié en mars 2022 et recensera toutes les espèces qui nichent et hibernent dans notre région. 

Goéland Argenté à Saint Valery en Caux (Seine-Maritime)
Goéland Argenté à Saint Valery en Caux (Seine-Maritime) © Philippe Clément/BELPRESS/MAXPPP

Les bénévoles du GONm ont choisi les îles Chausey pour leurs observations ce week end de Pentecôte. Ils s’y retrouvent une fois par an et réalisent par petits groupes la tournée complète des lieux. Ils ne sont pas venus compter les oiseaux, mais les nids. En période de reproduction, cela permet d'avoir une vue globale du territoire et de l'état des colonies installées dans l'archipel.

A Chausey, se promener sur les ilots est interdit de septembre à mi-juillet. L'archipel est en effet une réserve pour les oiseaux. D’importantes colonies y ont élu domicile : goélands marins, cormorans huppés, huîtrier-pies. Le GONm peut se vanter d’avoir identifié ici le seul site français de reproduction du harle huppé et le seul site normand de nidification pour les sternes de Dougall et les sternes caugek.

Sterne de Dougall nicheuse à Chausey
Sterne de Dougall nicheuse à Chausey © GONm/ Fabrice Gallien

Ce travail mené dans l'archipel, mais aussi à travers toute la Normandie, par les équipes de bénévoles permet d'alimenter un ouvrage qui fait référence : l'Atlas des oiseaux de Normandie. La 2e édition date de 2009 (observations menées entre 2003 et 2005) et recense 200 espèces.

« Certaines espèces déclinent de façon spectaculaire »

Pour sa 3e édition, le GONm a multiplié les observations entre 2016 et 2019 et l’ouvrage s’est enrichi : il recensera les oiseaux nicheurs de la région, mais également ceux venant hiberner en Normandie.

A Chausey, les comptages sont réalisés depuis 1967. Le groupe Orthologique Normand commence donc à avoir le recul nécessaire sur l’évolution des espèces.

Certaines espèces sont stables, heureusement. Quelques espèces progressent. Mais il y en a qui déclinent de façon spectaculaire. Nous avons été surpris de constater qu’en une décennie à peine, certaines espèce qui occupaient l’Orne, l’Eure, le Sud de la Manche et la Seine-Maritime, aient quasiment disparu. La mésange boréale par exemple, n’existe plus que dans deux cartes de Seine Maritime.

Gérard Debout, membre du Groupe Ornithologique Normand

 

Atlas des oiseaux de Normandie : un financement participatif

Le prochain atlas comptera 500 pages. Fruit de l'investissement des adhérents bénévoles et de la participation de quelques salariés du GONm, il aura nécessité « 26 000 heures de prospection et 237 000 km de déplacements » ! Le coût global de l’ouvrage est estimé à plus de 2 millions d’euros. Le GONm vient donc de lancer une campagne de financement participatif :

L’Atlas des oiseaux de Normandie recense 277 espèces et devrait paraître en mars 2022. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sciences culture animaux nature livres