Cet article date de plus de 4 ans

Centrale de Paluel : les salariés en grève mardi 14 mars 2017

Un nouveau mouvement de grève national touche les centrales nucléaires ce mardi 14 mars 2017. En cause : le gel des salaires et la réduction annoncée des effectifs par EDF. Un blocage filtrant a été mis en place tôt ce matin à la centrale de Paluel (Seine-Maritime)
Les salariés de la centrale de Paluel protestent contre le gel de leurs salaires.
Les salariés de la centrale de Paluel protestent contre le gel de leurs salaires. © Grégory Archiapati
Un nouveau "mardi de la colère". L'intersyndicale CGT-FO-CFDT-CFE-CGC a appelé les agents EDF et salariés de l'energie à se mettre en grève ce 14 mars 2017. La centrale de Paluel, en Seine-Maritime, est concernée par ce mouvement. Le gel des salaires et l'évolution des effectifs font l'objet de protestations.

Contre le gel des salaires

Motif premier de la grève : le gel des salaires, une première depuis la création de l'entreprise en 1946. Les agents EDF syndiqués chez CGT Mines Energie revendiquent une "revalorisation de leur salaires" sur leur page Facebook. Cette année, les employeurs ont décidé de reconduire le salaire de base des agents de l'énergie à l'identique. Auparavant, il était valorisé chaque année : +0,3% en 2015, +0,2% en 2016. 

Barrage filtrant et baisse de production

Depuis 4h30 ce matin, un barrage filtrant est mis en place à l'entrée du parking de la centrale. L'objectif est d'empêcher les salariés de se garer afin qu'ils prennent leur service en retard. Du côté de la production d'électricité, le réacteur numéro 4 de la centrale de Paluel fonctionne au minimum technique.  

Barrage filtrant à l'entrée de la centrale de Paluel
Barrage filtrant à l'entrée de la centrale de Paluel © Grégory Archiapati

Le maintien des effectifs en jeu

Autre revendication majeure du mouvement intersyndical : le maintien des effectifs. Plusieurs milliers d'emplois sont menacés. Au début du mois de février, EDF a annoncé vouloir continuer son plan pour réduire les effectifs. 5900 postes, au moins, seront supprimés en 4 ans. Selon les syndicats, cette restructuration pourrait concerner jusqu'à 7000 emplois.

Une mobilisation nationale reconduite

Il ne s'agit pas du premier "mardi de la colère" organisé par la CGT. Les salariés de l'énergie s'étaient déjà mobilisés dans toute la France le mardi 31 janvier 2017. L'opération a été renouvelée plusieurs fois depuis. Les agents de Paluel avaient déjà conduit une opération de grève, mardi dernier, le 7 mars 2017, journée de grève nationale dans plusieurs secteurs professionnels. 

Retrouvez bientôt le sujet de Grégory Archiapati et Judikaëlle Rousseau, diffusé dans l'édition du 12/13 du 14 mars 2017.

durée de la vidéo: 01 min 41
Grèves des salariés de Paluel ©France 3 Normandie

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergie environnement société nucléaire grève économie social