Cet article date de plus de 6 ans

Gonfreville-l’Orcher sauvegarde les derniers baraquements des “camps cigarettes“

La ville de Gonfreville-l’Orcher a entrepris depuis la mi-mai la restauration de deux baraquements du camp américain Philip Morris, vestige de l’un des “camps cigarettes“ construits à la fin de la Seconde guerre mondiale pour l’accueil des troupes Alliées. 
© France 3 Haute-Normandie
Dans les deux baraquements du camp américain de Gonfreville-l'Orcher près du Havre, une chambrée de GI (période 1945-1947) et un logement évoquant la vie dans les cités provisoires (années 50/60) seront aménagés.
Le chantier municipal, modeste mais hautement symbolique, est prévu pour une durée de 7 mois. Ces préfabriqués à ossature bois avaient été livrés par l’armée américaine, chaque campement ayant le nom d’une marque de cigarettes.

A partir de 1945, le plateau de Gonfreville-l’Orcher en raison de sa situation géographique proche de l’estuaire de la Seine a été l’un des plus importants camps de transit. Après le départ des derniers soldats ces baraquements ont servi à héberger environ 4.000 sinistrés havrais jusqu’aux années 1970. La cité Arthur-Fleury, à laquelle appartenaient les deux baraquements, a compté jusqu’à 198 baraquements.

Un appel est lancé à toutes les personnes qui disposeraient de documents, photos, films ou objets d’époque.

Cliquez ici pour prendre contact avec les archives municipales ou auprès de l’association gonfrevillaise des cités provisoires.

VIDEO : le reportage de Bénédicte Drouet et David Emilien avec les interviews de : 
durée de la vidéo: 01 min 53
Travaux baraquements Gonfreville l'Orcher


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
seconde guerre mondiale histoire sorties et loisirs baie de seine patrimoine culture