Recensement : la Normandie voit sa population augmenter très légèrement

© Stéphane l'Hôte
© Stéphane l'Hôte

Entre 2009 et 2014, les cinq départements normands ont eu une croissance démographique partout inférieure à la moyenne du Grand Ouest. Mais la situation diffère beaucoup d'un lieu à un autre.

Par Emmanuelle Partouche

Le dynamisme démographique de l'Eure est le plus fort de tous les départements normands


À lui seul, le département de l’Eure explique la moitié de la hausse régionale de ces cinq dernières années. Avec 598 347 habitants, le département se place au 42e rang parmi les 100 départements français. Sa population a cru de 0,5% par an, faisant mieux que la Normandie toute entière (+0,2% par an). Reste que cette croissance ne se répartit pas également sur tout le territoire. Ce sont plus particulièrement les grandes villes qui accusent ainsi un recul démographique.

Avec 230 habitants contre 146 en 2009, Berville-la-Campagne est la ville dont la population a le plus augmenté dans l’Eure (+9,5%)
Avec 59 habitants contre 76 en 2009, Barville est la ville dont la population a le plus baissé dans l’Eure. (-4,9%)

En Seine-Maritime, la croissance de la population reste modérée du fait d'un solde migratoire déficitaire


Avec 1 257 920 habitants, la Seine-Maritime se place au 15e rang parmi les 100 départements français en nombre d'habitants. La population a crû de seulement 0,1%. Une tendance qui confirme celle entamée au cours de la période précédente. Cette hausse est due essentiellement au solde naturel positif, le plus fort des départements normands avec celui de l’Eure. La Seine-Maritime est par contre le département le moins attractif de la Normandie avec l’Orne, puisque les départs sont plus élevés que les arrivés dans cette zone.  puisque
C’est Rouen et son arrondissement qui contribue le plus fortement à la hausse démographique de Seine-Maritime.

Avec 62 habitants contre 37 en 2009, Les Cents Acres est la ville dont la population a le plus augmenté en Seine-Maritime (+10,9%)
Avec 86 habitants contre 113 en 2009, Saint-Pierre-des-Jonquières est la ville dont la population a le plus baissé en Seine-Maritime (-5 ,3%).

Dans le Calvados, la population croît de 0,3% par an en moyenne depuis cinq ans


Le Calvados se place ainsi au 34ème rang parmi les 100 départements français.
Ce beau rythme de croissance s’explique avant tout par un nombre de naissances plus élevé que celui des décès. Les arrivées et les départs de population n’ayant que peu d’impact entre 2009 et 2014.

Cette croissance est plus marquée dans les communes de 1 000 à 3 500 habitants. A l’inverse, la population diminue dans les communes situées le long du littoral pour la première fois depuis des années.

Avec 201 habitants contre 300 en 2009, Cricqueboeuf est la ville dont la population a le plus augmenté dans le Calvados (+8,3%)
Avec 109 habitants contre 144 en 2009, Bourgeauville est la ville dont la population a le plus baissé dans le Calvados (-5 ,4%).

L’Orne, un département en repli démographique


Avec 287 750 habitants au 1er janvier 2014, la population de l’Orne a diminué de  0,3 % par an depuis 2009.

La population des cinq principales villes  (Alençon, Flers, Argentan, L’Aigle et La Ferté-Macé) ainsi que celle des petites villes est en retrait.
Le département se place au 76è rang parmi les 100 départements français. Il est le seul en Normandie, où solde naturel et migratoire sont négatifs. 

Avec 188 habitants contre 141 en 2009, La Lande de Goult est la ville dont la population a le plus augmenté dans l’Orne (+ 5,6%)
Avec 280 habitants contre 397 en 2009, Perrou est la ville dont la population a le plus baissé dans l’Orne (-6,7%).


La Manche, en croissance démographique grâce aux nouveaux arrivants


Au 1er janvier 2014, le département de la Manche compte 499 960 habitants et se place ainsi au 52e rang parmi les 100 départements français.

Avec une hausse moyenne de 0,1 % par an depuis 2009, la population manchoise progresse deux fois moins vite que la population normande et cinq fois moins vite que la population française.

Avec 78 habitants contre 46 en 2009, La Luzerne est la ville dont la population a le plus augmenté dans la Manche (+ 11,1%)
Avec 31 habitants contre 41 en 2009, Eculleville est la ville dont la population a le plus baissé dans la Manche (-5,9%).

Voyez les principaux enseignements à retenir de ce recensement en Normandie avec Julie Howlett

La population de la Normandie croit très légèrement

 

A lire aussi

Sur le même sujet

300 retraités dans les rues du Havre

Les + Lus