Brebis attaquées en Seine-Maritime : il pourrait s'agir d'une attaque de loup

Le loup fait beaucoup parler de lui en Seine-Maritime depuis le printemps 2020 quand un amateur a pris des clichés de cette bête dans le pays de Bray. Cette fois-ci, il pourrait avoir attaqué des bêtes dans un autre secteur du département.

En novembre 2019, dans le pays de Bray, des brebis de ce troupeau avaient été attaquées à plusieurs reprises par un loup.
En novembre 2019, dans le pays de Bray, des brebis de ce troupeau avaient été attaquées à plusieurs reprises par un loup. © France Télévisions

Ce samedi 9 janvier 2021, sur la commune de Vieux-Manoir en Seine-Maritime, des éleveurs d'ovins ont découvert 4 de leurs bêtes égorgées. Les brebis ont probablement été attaquées pendant la nuit précédente. Des agents de l'OFB, l'Office Français de la Biodiversité et de la Direction départementale des territoires (DDTM 76), se sont rendus surplace afin de faire des relevés et d'établir rapidement l'origine de cette attaque. Dans toutes les têtes se pose la question d'une attaque de loup, un scénario probable au vu des blessures.

Des agents de l'OFB, de l'ONF ou de la direction des territoires de Seine-Maritime sont chargés de faire des relevés et des enquêtes sur la présence du loup, comme ici en juillet 2020 dans le Pays-de-Bray.
Des agents de l'OFB, de l'ONF ou de la direction des territoires de Seine-Maritime sont chargés de faire des relevés et des enquêtes sur la présence du loup, comme ici en juillet 2020 dans le Pays-de-Bray. © France Télévisions

Une hypothèse "crédible"

La Préfecture de Seine-Maritime a communiqué ce lundi 11 janvier suite aux constatations de l'OFB et de et laDDTM 76. 

Elles montrent de nombreuses similitudes avec les attaques recensées dans le pays de Bray et l'expertise de l'OFB conclut qu'une prédation par le loup ne peut être écartée.

Préfecture de Seine-Maritime

"Par ailleurs la distance entre les deux lieux où sont intervenues des prédations rend peu crédible l'hypothèse d'attaques de chiens errants.L'hypothèse d'un retour de l'animal présent précédemment en pays de Bray est la plus crédible à ce stade.", indique le communiqué de la Prefecture.

La Prefecture précise que les éleveurs ayant subi la prédation de 2 et 4 moutons seront indemnisés. Par ailleurs, des systèmes d'effarouchement lumineux de type "fox light" ont été installés. Ils avaient démontré une réelle efficacité en pays de Bray, un phénomène d'accoutumance pouvant
toutefois intervenir en cas de présence prolongée de l'animal.

La présence du loup avérée dans le Pays-de-Bray

En avril 2020, un amateur avait récupéré des clichés sur lesquels apparaissaient une bête ressemblant à un loup à Londinières, à l'est de la Seine-Maritime. Des agents de l'OFB et des techniciens étaient venus dans le secteur pour y faire des relevés d'empreintes, de poils et capter d'autres clichés. La présence d'un loup était alors confirmée dans le secteur, une bête solitaire qui serait arrivée des Alpes.

Des éleveurs du Pays-de-Bray victimes du loup

Dès l'hiver 2019, des éleveurs de brebis du Pays-de-Bray suspectaient des attaques de loup contre leur troupeau, une fois la présence de l'animal avérée, les professionnels ont pu toucher des indemnités. Après des attaques à répétition en juillet 2020, la Préfecture assurait "qu'une réflexion est ouverte avec la filière ovine pour la mise en place de moyens de protection adaptés au territoire seino-marin."

Aucune attaque sur l'Homme

La Prefecture de Seine-Maritime rappelle que dans tous les territoires où le loup est installé durablement, "aucune attaque sur l'homme n'est jamais intervenue, l'animal fuyant naturellement l'être humain."

Tout signalement concernant des observations de prédation ou d'indices de présence doit être remonté au service départemental de l'Observatoire Français de la Biodiversité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loup animaux nature