33 chiens 5 chats 2 oiseaux et 1 poney saisis au domicile d'une dame interdite de détention d'animaux

C'est une enquête menée pour retrouver un chien déclaré volé, qui a permis aux gendarmes de Domfront en Poiray (Orne) de découvrir 41 animaux au domicile d'une particulière, à Juvigny Val d'Andaine. Cette dame avaient l'interdiction de détenir tout animal suite à une condamnation en Justice.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI

Une enquête débutée autour du vol d'un chien

"Une femme s'est présentée chez un vétérinaire pour identifier un chien", explique le Commandant de gendarmerie Gilles Couetoux du Tertre. Une fois la puce d'identification découverte, elle quitte les lieux précipitamment en emmenant l'animal, nourissant les soupçons des professionnels. Ces derniers contactent alors le propriétaire du chien inscrit au fichier canin pour l'informer de ce qui venait de se passer. 

Cette personne a alors déposé plainte à la Gendarmerie pour vol de chien. C'est cette enquête qui a permis la saisie de 41 animaux dans un domicile de Juvigny-sous-Andaine.

123moviesembed google map

 

L'enquête a rapidement mené les gendarmes au domicile d'une dame qui détenait : "33 chiens 5 chats 2 oiseaux et 1 poney", comme l'énonce le Commandant Gilles Couetoux du Tertre. Les conditions de vie de ces animaux étaient précaires, certains étant même enfermés dans des cages. "De nombreux animaux lui appartenaient et s'étaient reproduits" précise le commandant de gendarmerie, "une quinzaine étaient pucés".

La femme qui détenait ces animaux étaient sous le coup d'une interdiction légale de détenir tout animal. Elle avait été condamnée en Justice à deux reprises. Elle sera entendue vendredi par les gendarmes de Domfront en Poiray. Une expertise psychiatrique pourrait également suivre pour déterminer si des poursuites sont possibles à son encontre.

Publiée par Gendarmerie de l'Orne sur Mercredi 6 janvier 2021

 

Les investigations continuent pour déterminer les éventuels propriétaires des animaux saisis mardi dernier. Ils ont été pris en charge par les services vétérinaires puis conduits dans différents refuges de la région. Les propriétaires recherchant leur animal sont appelés à contacter directement les services vétérinaires de l'Orne, les refuges étant en ce moment submergés d'appels.

Merci de contacter directement les services vétérinaires de l'Orne la DDCSPP si vous êtes a la recherche d'un animal...

Publiée par Un Espoir pour les sans Voix sur Jeudi 7 janvier 2021

 

Le syndrome de Noé : vouloir sauver les animaux à tout prix

Une personne qui souffre du syndrome de Noé  ressent le besoin irrépressible de sauver des animaux, souvent très nombreux, sans avoir les moyens de les assumer  ni de leur procurer les soins nécessaires. 

Interrogé par Sciences et Avenir en 2016, le psychologue clinicien Philippe Hofman expliquait n'avoir jamais été confronté à ce genre de personne car "cette pathologie est heureusement rare".  Mais ce syndrome de Noé a été étudié et l'on sait que "les personnes qui souffrent de ce syndrome ne supportent absolument pas de voir des animaux sensibles maltraités et/ou abandonnés. Elles ont alors une frénésie d’aide, ce qui cause un oubli de la réalité et des besoins vitaux de ceux qu’elles sont censées soutenir. Les animaux domestiques n'existent plus réellement, ils sont pris dans un système délirant d’accumulation et finissent entassés et malnutris. Autrement dit, encore plus maltraités."

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature faits divers