Loup en Seine-Maritime : les éleveurs victimes d'attaques seront indemnisés

Un des loups du parc animalier "Rêve de bisons" de Muchedent (Seine-Maritime) / © Stéphane L'Hôte / France Télévisions
Un des loups du parc animalier "Rêve de bisons" de Muchedent (Seine-Maritime) / © Stéphane L'Hôte / France Télévisions

Depuis début avril, où la présence d'un loup a été signalée, les attaques d'animaux se multiplient dans le Pays de Bray   
 

Par Richard Plumet

Les recherches et les analyses se poursuivent pour déterminer avec certitude si le canidé observé autour de la commune de Londinières est un loup.
En attendant le résultat des travaux menés par les experts, la préfecture de Seine-Maritime annonce ce mardi  (19 mai 2020) que "depuis la probable observation d’un loup, le 8 avril dernier, une quinzaine d’attaques ou de prédations d’animaux sauvages et domestiques ont été enregistrées".


Un loup échappé ?

Différents hypothèses circulaient ces dernières semaines sur la présence d'un loup à l'Est de la Seine-Maritime. Parmi elles : celle d'un animal en provenance du parc à loups de Muchedent, situé à une vingtaine de kilomètres de Londinières.

Dans le cadre de l'enquête en cours pour localiser et identifier avec certitude le supposé loup, le parc animalier et de loisirs "Rêves de bisons" de Muchedent a fait l'objet d'une visite des autorités. Plus précisément le parc à loups du domaine, où sont rassemblées plusieurs meutes de différentes origines.

Lors du contrôle des installations, tous les loups ont pu être dénombrés, l'effectif est donc au complet. Les mesures de sécurité (nature et état des clôtures, électrification, suivi des effectifs, procédures de surveillance) permettent, précise la préfecture, d'écarter tout doute concernant la fuite d'un animal.
 
 

Aider et accompagner les éleveurs

Deux réunions d'information et de coordination se sont tenues à la mi-mai avec les acteurs de territoire les plus concernés : une réunion avec les maires des communes concernées par les prédations ; une réunion technique avec la Gendarmerie, l'ONF, la Chambre d'agriculture, la Fédération départementale des chasseurs, l'OFB et la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM).

Ces deux réunions ont permis de faire le point sur la situation, de définir les modalités de coordination et de présenter les dispositifs d'accompagnement. Une procédure d'indemnisation des éleveurs professionnels a été initiée.
Ces derniers recevront dans les prochains jours les décisions d'indemnisation les concernant.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus