Avec une perte record ce semestre, l'usine Renault est-elle en danger à Dieppe ?

 Avec la crise sanitaire, l'entreprise Renault accuse une perte de plus de 7 milliards d'euros au premier semestre 2020. Une nouvelle inquiétante pour la région puisque l'usine Alpine de Dieppe est l'un des quatre sites Renault a être menacé en France.

l'A110 est assemblée à Dieppe
l'A110 est assemblée à Dieppe
C'est la perte la plus lourde de son histoire. L'entreprise Renault accuse 7,3 milliards d'euros de moins ce semestre révèle ce jeudi 30 juin 2020 le quotidien national Le Monde. Un chiffre record pour la marque automobile plombée par la crise sanitaire mais aussi par les résultats décevants de son allié japonais Nissan.
 
Reportage Elise Laperdrix et Jérôme Bègue / France Télévisions


En mai 2019, l'entreprise prévoyait déjà la suppression de 15 000 postes dans le monde, dont 4 600 en France. Une mauvaise nouvelle pour la région Normandie et la ville de Dieppe qui craint pour l'économie locale. 
 

Alpine ça représente 385 salariés, mais à peu près 3500 emplois induits sur le bassin de vie de Dieppe élargi et 200 fournisseurs. Par conséquent, (cette usine est) pour nous vital et nous ferons tout ce qu'il faut pour accompagner Alpine dans sa réussite.

François Garraud, premier adjoint au maire de Dieppe (communiste)

"Voyants au vert"

L'usine Alpine de Dieppe fait partie des 4 usines françaises à être menacées mais les 365 employés ne se sentent pas forcément en danger pour autant, même si depuis la crise sanitaire, elle tourne au ralenti. 
 

Malgré le fait que l'on fabrique seulement 7 véhicules par jour, notre carnet de commandes est plein et même bien plein jusqu'à la fin de l'année. Tous nos voyants sont au vert !

Stéphane Houchecorne, délégué CGT Renault Alpine

Fin de l'Alpine ?

Si elle veut faire perdurer l'activité, l'usine a 3 ans pour trouver un nouveau projet. Car d'ici 2023, la célèbre voiture de sport Alpine A 110 cessera d'être commercialisée. Pour se renouveler, les employés espèrent une annonce du PDG de Renault, Luca de Meo
 

Il a fait des conférences de presse en interne dans laquelle il parle d'Alpine en expliquant que c'est une belle voiture, un beau projet mais qu'il faut une suite. La marque Alpine existe et qu'il y aura encore des Alpines après et nous espérons avec Dieppe.

Frédéric Lefevre, délégué syndical CFE-CGC.


Les syndicats espèrent des annonces d'ici la fin de l'année. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie société coronavirus santé déconfinement entreprises automobile
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter