Des poules à l 'EHPAD du Château Michel pour égayer les journées des anciens

L'EHPAD de Dieppe abrite désormais des nouvelles pensionnaires. Un poulailler s'est installé dans le parc pour le plus grand plaisir des résidents et de leur famille ! L'ambition est d'apporter une animation, mais aussi de sortir des murs de l'établissement.

© Olivier Flavien/ France 3 Normandie
L'expérience a commencé il y a une dizaine d'années par un chat, puis.. deux. Et face à la nouvelle ambiance plus conviviale apportée au sein de ses locaux, l'EHPAD du Château Michel à Dieppe a progressivement ouvert ses portes à l'arrivée de nouveaux compagnons pour ses quelques 336 pensionnaires âgés. 

Se sont ainsi installés au fil du temps dans l'établissement, des poissons, un chien, ou encore un canari. 

Depuis 18 mois, la résidence pour personnes âgées a encore élargi son horizon avec l'accueil d'une dizaine de poules au sein de son parc. Une bonne idée qui rappelle aussi à la plupart des pensionnaires leurs origines rurales.  

La médiation animale est de plus en plus utilisée auprès des personnes âgées pour rompre l'isolement et favoriser le lien social.
La preuve: les familles des résidents retrouvent grâce à ces visites plus animées, un véritable but pour des promenades aux plaisirs partagés. 

Selon Corinne Lebourg, cadre en gériatrie, "Maintenant, on vient voir les poules en famille. Et c'est super, car ça lutte contre l'isolement de la personne âgée et c'est un superbe lieu de rencontres ! "

 


Pas de budget pour les poules 


Pourtant,  la comptabilité des hopitaux ne prévoit pas encore de budget pour financerles poules ou les graines. Le Château Michel a donc fait appel à la générosité des donateurs. 

Un appel bien entendu. Un charpentier, voisin, est ainsi venu la semaine dernière avec ses ouvriers, afin de construire bénevolement un nouveau poulailler. 

Globalement reconnue positive par l'établissement; cette présence d'animaux a également remotivé le personnel. Un élément capital à l'heure où les EHPAD en général souffrent d'un manque d'attractivité en personnel et en moyens.   

 
Un poulailler à l'EHPAD de Dieppe ©France 3 Normandie


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société social économie