Cet article date de plus de 3 ans

Seine-Maritime : la filière du sucre s'adapte à la fin des quotas de production

La fin d'un système mis en place il y a près de 50 ans nécessite de s'adapter et de traiter encore plus de betteraves. Agriculteurs normands et sucreries se positionnent face à la concurrence internationale
En bout de chaîne de production : le remplissage d'un conteneur de sacs de sucre dans l'usine de Fontaine-le Dun (Seine-Maritime)
En bout de chaîne de production : le remplissage d'un conteneur de sacs de sucre dans l'usine de Fontaine-le Dun (Seine-Maritime) © France 3 Normandie
D'un côté il y a la possibilité de produire plus. De l'autre, il y a la fin de la garantie d'un prix minimum. En Normandie, où la filière du sucre produit à partir de betteraves cultivées localement est importante, la fin du système de quotas de production de sucre bouleverse le modèle économique mis en place depuis la fin des années 60.

Pour les entreprises qui transforment la betterave en sucre il a donc fallu anticiper et s'adapter pour pouvoir produire plus et ainsi ne pas se faire dépasser par la concurrence notamment des pays étrangers.
C'est le cas à la sucrerie de Fontaine le Dun (Seine-Maritime)

VIDEO : le reportage France 3 Normandie de  Grégory Archiapati et Bruno Belamri  (montage : Christophe Charbonnier)
durée de la vidéo: 01 min 42
+ 30% de betteraves dans cette sucrerie près de Dieppe


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie industrie