VIDÉO. Directeur d'un cinéma alors qu'il était encore au lycée : l'incroyable histoire de Richard Patry

durée de la vidéo : 00h26mn00s
Une émission présentée par Julie Howlett ©France 3 Normandie

Dans ce nouveau numéro de Bavette normande, Julie Howlett reçoit Richard Patry, à la tête du groupe Noé Cinéma qui exploite 44 cinémas dont la plupart en Normandie. Il est aussi le président de la fédération française des cinémas français et membre du comité d’administration du festival de Cannes.

Il y a deux types d'exploitants. Ceux qui sont nés dedans et ceux qui, comme moi, y sont venus par passion. Je me souviens encore du premier film que j'ai vu : c'était "Les Aristochats", j'avais 6 ans.

Richard Patry, président de la fédération nationale des cinémas français

Extrait de Bavette normande

Richard Patry est né à Elbeuf, en Seine-Maritime. Son père était coiffeur et sa mère travaillait à l’usine. Tous deux n'étaient pas des passionnés de cinéma, ils n'avaient d’ailleurs guère le temps d’y aller. Quand ses parents travaillaient tard, le petit Richard se réfugiait dans la salle de cinéma d'à-côté.

Le cinéma devient toute sa vie. Il y passe tout son argent de poche... et quand il n'a plus assez d'argent de poche... "Au moment où le cinéma-théâtre est devenu le Mercure à Elbeuf, je me suis dit... trois salles, encore plus de films, je ne vais jamais y arriver ! Alors je suis allé voir le jour de l'inauguration les patrons et je leur ai dit : écoutez, je viens travailler pour vous gratuitement et en échange je vois tous les films gratuitement."

"C'est comme ça que j'ai commencé à y travailler à 16 ans. Mais à 16 ans, vous avez vos parents qui vous disent : bosse un peu à l'école plutôt que d'aller au cinéma. J'avais raté lamentablement mon bac une première fois. Et en plus, comme j'aimais ça, que je faisais plutôt bien mon travail, mes patrons m'ont proposé la direction alors que j'étais encore au lycée, je redoublais ma terminale pour passer le bac. Et ce sont mes professeurs qui sont intervenus auprès de mes parents pour les convaincre."

J'ai été directeur salarié lycéen. J'allais en cours dans la journée, le soir et les week-ends, j'allais au cinéma. Je faisais mes 40 heures de travail et puis je retournais au lycée. On va dire que Dieu existe, j'ai eu mon bac sans les honneurs, mais je l'ai eu et je me suis lancé à corps perdu dans cette carrière d'exploitant de salles de cinéma.

Richard Patry, président de la fédération nationale des cinémas français

Extrait de Bavette normande

Au sein de la fédération nationale des cinémas français, dont il est devenu le président en 2013, Richard Patry est fier d'avoir su négocier la baisse de TVA sur les salles et le tarif à 4 euros pour les moins de 14 ans. Mais ce dont il est le plus fier, c'est la gestion de la crise liée au virus du Covid. En France, aucune salle de cinéma n'a mis la clé sous la porte, malgré les 300 jours de fermeture. En comparaison, les Etats-Unis ont perdu 2 000 salles ! 

durée de la vidéo : 00h00mn39s
Une émission présentée par Julie Howlett ©France 3 Normandie

Plus que jamais, Richard Patry croit en l'avenir du cinéma. Il vient d'ailleurs d'ouvrir en décembre dernier à nouveau un cinéma à Bernay dans l’Eure. 

Notre Bavette normande consacrée à Richard Patry et présentée par Julie Howlett est à découvrir ce mercredi 29 mars à 23h15 sur France 3 Normandie.

Et bien sûr quand vous voulez sur notre site internet.

Article écrit avec Aurélie Duplessi et Julie Howlett