Garder le lien : le défi relevé haut la main par le Conservatoire de musique et de danse de Saint-Etienne-du-Rouvray

Compte tenu de la crise sanitaire et notamment du confinement, les enseignants du Conservatoire de musique et de danse de Saint-Etienne-du-Rouvray (76) ont su s'adapter en proposant des contenus innovants afin de garder le lien avec leurs élèves et leur offrir une véritable bulle d'air artistique.

Les mesures de confinement ont entrainé la fermeture des bâtiments des Conservatoires de France.
 
Mais pour les équipes du Conservatoire à rayonnement communal de Saint-Etienne-du-Rouvray, il était essentiel de poursuivre leur mission de service public en se mobilisant pour entretenir les liens avec leurs élèves, faire perdurer le plaisir de la pratique artistique et la continuité pédagogique tout en restant sur quelque chose de léger en cette période difficile pour les familles.
L'importance de garder des liens, notamment avec les touts petits qui pratiquent toute l'année au conservatoire
L'importance de garder des liens, notamment avec les touts petits qui pratiquent toute l'année au conservatoire © Loïc Seron/Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray

L'idée était que tout cela soit volontaire de la part des familles, qu'elles puissent avoir des contenus à disposition et que cela soit pour eux une bulle d'oxygène et un moment de partage.
Le mot d'ordre était : l'envie ! 
Lucie Brière, directrice du Conservatoire de musique et de danse de Saint-Etienne-du-Rouvray

Les professeurs ont pris contact avec leurs élèves et leur ont proposé des contenus à découvrir (des ballets, des techniques d'étirements...). Garder le lien et traverser cette période ensemble via l'art était essentiel.

Mais le plaisir de jouer et danser ensemble a beaucoup manqué. Il y avait un réel besoin de se retrouver dans le "vivre ensemble", particulièrement pour les élèves habitués aux pratiques collectives.
Les élèves du conservatoire sont habitués à la pratique en groupe
Les élèves du conservatoire sont habitués à la pratique en groupe © Éric Bénard/Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray
La proposition de participation à une oeuvre collective est arrivée assez rapidement, sous l'impulsion de Luc Gosselin, professeur d'ateliers de musiques actuelles.

Le besoin de créer était très fort, mais l'idée était de créer notamment un objet qui reste, un objet positif de cette période difficile.

Des partitions pour plusieurs niveaux et instruments ont été mises en ligne et proposées aux familles ainsi que des tutos pour apprendre à s'enregistrer.
Le Grand Orchestre Virtuel

Un succès au delà des espérances...

Au final, ce sont plus de 150 participants qui se sont lancés dans l'aventure : élèves bien sûr mais aussi enseignants et personnel administratif. Ils ont laissé parler leur créativité et leur part de folie aussi pour un résultat drôle et émouvant.

Cela a été une vraie fierté de voir un tel engagement. Ce qui m'a le plus marquée ce sont les couleurs musicales : des musiques anciennes aux musiques actuelles en passant par la musique classique. Il y a une vraie transversalité qui met en exergue la diversité des couleurs musciales du Conservatoire.
Lucie Brière, directrice du Conservatoire de musique et de danse de Saint-Etienne-du-Rouvray

 

... remarqué par Louis Chédid !

Les artistes amateurs de la ville de Saint-Etienne-du-Rouvray n'en sont pas à leur coup d'essai durant le confinement et ont déjà su se faire remarquer sur la toile, notamment par Louis Chedid.
D'autres vidéos sont en cours de réalisation qui permettront notamment d'effacer un peu la décéption dûe à l'annulation des spectacles de fin d'année : 
Conservatoire à rayonnement communal de musique et de danse
650 élèves âgés de 4 à 80 ans.
34 enseignants musique et danse

Espace Georges-Déziré
271 rue de Paris
76800 Saint-Etienne-du-Rouvray
Tél: 02.35.02.76.89
Courriel : courriel@ser76.com


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société culture musique danse
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter