• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

La gendarmerie de Seine-Maritime interpelle 7 passeurs sur une aire de l'autoroute A28

Aire de repos et station service de Bosc-Mesnil sur l'A28, entre Rouen et Neufchâtel en Bray (Seine-Maritime) / © Google Street View – mai 2011
Aire de repos et station service de Bosc-Mesnil sur l'A28, entre Rouen et Neufchâtel en Bray (Seine-Maritime) / © Google Street View – mai 2011

On en sait un peu plus sur l'opération d'envergure qui a permis l'arrestation de plus de 15 migrants et d'une demi-douzaine de passeurs à l'est de Rouen sur l'autoroute A28 sur l'aire de repos de Bosc-Mesnil (Seine-Maritime). Ce trafic d'êtres humains visait les ports normands
 

Par Richard Plumet

Cherbourg, Caen-Ouistreham, Le Havre,  Dieppe: ces ports d'où partent des ferries à destination de la Grande-Bretagne sont devenus ces dernières semaines, de nouveaux points d'embarquement pour les passeurs de migrants qui tentent de rejoindre le sol anglais.

C'est ainsi que la présence de migrants a été signalée en amont de ces ports, à la frontière nord-est de la Normandie, sur l'autoroute en provenance des Hauts-de-France : l'A28.

Contre de fortes sommes, les passeurs essaient de faire monter les étrangers en situation irrégulière dans des camions à destination de l'Angleterre. Un manège repéré par les gendarmes de Seine-Maritime, qui ont "constaté ces derniers temps une présence accrue des filières criminelles d’immigration irrégulière sur les aires de repos et de service le long de l’A28"
 

Le GIGN en renfort

Pour tenter d'empêcher ces trafics d'êtres humains et entraver l'action de ces passeurs, la gendarmerie est passée à l'action jeudi dernier (dans la nuit du 23 au 24 août 2018) en menant une opération d'envergure qui a mobilisé une soixantaine de militaires.

Après des missions de surveillance et d'observation, des unités spécialisées d'intervention, dont le GIGN, sont intervenues en bordure de l'autoroute A 28, sur le parking de l'aire de repos de la station service de Bosc-Mesnil (Seine-Maritime).

Comme le précise le Chef d’escadron Benoît Tilliez, officier de permanence à la région de gendarmerie de Normandie, cette action nocturne a été couronnée de succès :

Le groupement de gendarmerie départementale de la Seine-Maritime a déclenché une opération d'envergure qui a permis de procéder à l’interpellation de 7 de ces passeurs présumés. Passeurs qui, sous les yeux des gendarmes, venaient d’embarquer en toute discrétion 18 migrants dans des camions stationnant pour la nuit sur cette aire de service.

 

Jugés mardi prochain

Alors que l'enquête est, ce samedi toujours en cours, le dossier des 7 passeurs a été transmis au  Parquet de Dieppe.

Contacté cet après-midi par la rédaction de France 3 Normandie, le procureur de la République de Dieppe a précisé que sur les 7 personnes interpellées et placées en garde à vue par les gendarmes, seules 2 ont  été présentées devant un magistrat. Leur placement en détention provisoire a été demandé au juge des libertés. Ces deux passeurs présumés doivent être jugés en comparution immédiate mardi prochain au tribunal de Dieppe pour "aide à l'entrée et au séjour d'étrangers en situation irrégulière".

La peine encourue, pour ce type de faits est de 5 ans.

Les cinq autres passeurs présumés ne sont pas poursuivis, faute d'éléments à charge suffisants.

Les 18 personnes en situation irrégulière interpellées ont été quant à elles placées au centre de rétention administrative de Oissel près de Rouen.

Il y a deux mois, deux autres passeurs arrêtés sur cette même aire d'autoroute de l'A28 à Bosc-Mesnil. Récidivistes, ils avaient été condamnés à 4 ans de prison ferme.

 




 

A lire aussi

Sur le même sujet

Johnny Clegg en concert pour les 10 ans du Mémorial de Caen

Les + Lus