• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Brexit : Le Havre s’inquiète d'être privé du fret irlandais

Les échanges marchands entre la France et l'Irlande s'élèvent à 10 milliards d'euros chaque année. / © France 3 Normandie
Les échanges marchands entre la France et l'Irlande s'élèvent à 10 milliards d'euros chaque année. / © France 3 Normandie

La Commission européenne envisage de créer un corridor maritime européen reliant l'Irlande aux ports belges et néerlandais uniquement. Cette décision suscite l'incompréhension au Havre comme dans les autres ports français.

Par Elise Koutnouyan

La colère ne retombe pas dans les ports français. Mardi 4 septembre, l'Union des ports de France (UPF) s'est fendue d'un communiqué pour dénoncer le projet de la Commission européenne de réorganisation des transports maritimes entre l'Irlande et le continent
 

Il est impensable d'exclure les ports français au profit d'Anvers, Rotterdam et Zeebrugge, pointe l'UPF


En clair, Bruxelles envisage de créer un corridor européen pour diriger le fret irlandais uniquement vers les ports d'Europe du Nord, en cas de Brexit dur. La France n'a pas été retenue dans ce projet, les ports de l'Hexagone seraient donc privés du transport maritime venu d'Irlande.

Au Havre, les acteurs locaux sont dans l'incompréhension :
 

C'est le chemin plus court. Ensuite, c'est une évidence économique parce que la France et l'Irlande échangent plus de 10 milliards d'euros de marchandises chaque année, explique Baptiste Maurand, directeur général adjoint du port du Havre.


Reportage : Danilo Commodi et David Frotté
 

La France s'en prend à Bruxelles

La ministre des Transports Elisabeth Borne a elle aussi réagi auprès de la Commission européenne. 
 

Quelle conséquence pour cette décision ? "Quand vous n'êtes pas intégrés dans le réseau, vous ne bénéficiez pas des moyens financiers que la Commission européenne alloue pour aider au développement des ports", explique Jean-Marc Roué, président des Armateurs de France. Bruxelles financera à hauteur de 30 milliards d'euros ce futur corridor.

Michel Segain, président de l'Union maritime et portuaire du Havre, fait part de sa "stupéfaction" et pointe l'inaction de la France :
 

Nous ne sommes pas respectés parce que nous n'avons pas de politique maritime et portuaire nationale

A lire aussi

Sur le même sujet

L'origine des oeufs de Pâques - avril 2019

Les + Lus