Covid-19 – Lourd déficit pour les ponts de Tancarville et de Normandie

Une faible circulation automobile en 2020 a engendré une chute importante des recettes aux péages alors que le coût des travaux d'entretien et de réparation a énormément augmenté.

Le pont de Tancarville et le pont de Normandie - Archives
Le pont de Tancarville et le pont de Normandie - Archives © France Télévisons

La crise sanitaire débutée au printemps 2020 a des conséquences économiques inattendues. C'est ainsi que les gestionnaires des deux grands ponts reliant la région havraise à la rive gauche de la Seine enregistrent un déficit et doivent trouver de nouveaux financements pour l'entretien des ouvrages.

Le pont de Tancarville et le pont de Normandie ont un point commun : leur édification a été initiée localement (et non au niveau de l'Etat) par la volonté de la chambre de commerce et d'industrie du Havre.  

Un déficit en 2020

Ces deux ponts, exploités par la CCI Seine-Estuaire, sont gérés et entretenus avec des budgets qui n'ont que le péage comme seule et unique ressource. D'où, en cette première semaine de 2021, une certaine tension à l'annonce d'un déficit :

"Les conséquences de la crise ont été importantes pour les 2 ponts puisque nous avons perdu pas loin de 90% de notre trafic pendant le premier confinement, et près de 50% pendant le second confinement."

Eric Lehéricy,  
directeur général CCI Seine Estuaire

Des travaux dont le coût initial ne cesse d'augmenter

Pour pallier le déficit de 2020, la CCI-Seine-Estuaire a contracté un prêt de 20 millions d'euros en espérant, en parallèle, négocier avec l'Etat un allongement de la concession d'exploitation des ponts au-delà de 2027, afin d'étaler le remboursement des dettes.

Car à la baisse des recettes aux péages, s'ajoute le coût bien plus important que prévu des travaux à réaliser. Mises aux normes, nouvelles contraintes  pesant sur les entreprises  intervenant sur les chantiers...  Un coût estimé, pour les 7 années à venir, à 55 millions d'euros mais qui pourrait être doublé, voire tripler…

"En 2020 nous avons été contraints de changer 3 haubans abîmés pour près de 3 millions d'euros. Et puis nous avons aussi, en travaux d'urgence à réaliser cette année, à remplacer une poutre maîtresse du viaduc d'accès au pont de Tancarville, et ça c'est pratiquement 10 millions d'euros de travaux à réaliser en 2021."

Eric Lehéricy,  
directeur général CCI Seine Estuaire

Vers une augmentation du  prix du péage ?

Cette possibilité n'est pas écartée et doit être débattue et étudiée. Seule certitude : le coût du péage reste identique au 1er février 2021. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
baie de seine crise économique économie transports routes