Covid-19 : un cluster détecté à la prison du Havre

Au Havre, un foyer de contamination au coronavirus a été dépisté au centre pénitentiaire. Six détenus, infectés, ont été placés à l'isolement. Le dernier cluster en date dans cet établissement remonterait à mars dernier.
© France 3 Normandie

L'information n'a été confirmée que ce mardi 14 septembre par les autorités. Pourtant, c'est bien ce vendredi 10 septembre dernier qu'un foyer de coronavirus a été détecté au centre pénitentiaire du Havre. 

Suite à un test massif réalisé ce lundi auprès des 270 détenus du quartier maison d’arrêt, 6 d’entre eux se sont avérés infectés par le virus. Un autre détenu, symptomatique ce mardi, sera testé prochainement. Les personnels pénitentiaires en contact avec ces 6 détenus ont également été testés, et leurs résultats sont négatifs. D'après une « source interne », les risques de propagation seraient limités.

Un centre pénitentiaire sous haute surveillance 

Le centre pénitentiaire du Havre compte en effet 4 sections : 2 centres de détention, 1 quartier des mineurs et 1 maison d’arrêt. Ces quatre secteurs seraient totalement indépendants et leurs accès ultra contrôlés. Ils seraient donc plutôt hermétiques aux possibles contaminations. Pour le moment, aucun autre cas n’a d'ailleurs été découvert dans les autres quartiers du centre pénitentiaire.

Comme en mars dernier lors du premier cluster découvert dans cette prison, les détenus malades ont été placés à l’isolement jusqu’à complet rétablissement.

Pas de Pass sanitaire exigé 

Comme dans tous les autres centres pénitentiaires, l’accès au centre de Gainneville n’est pas soumis à la présentation d’un passe sanitaire ou d’un test COVID négatif datant de moins de 72 heures. Les parloirs peuvent donc être, selon les syndicats de personnels pénitentiaires, une voie d’entrée possible pour le virus.

Autre faille possible: Si un personnel pénitentiaire s’avère avoir été cas contact, il doit effectuer un test (RT-PCR ou test antigénique TAG). Si ce dernier est négatif, l’agent est dans l’obligation de retourner au travail. Pour les autres salariés, si le schéma vaccinal est incomplet, le Ministère de la Santé recommande un test de dépistage immédiat et l’isolement durant 7 jours avant un second test de dépistage.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société prison justice