Crise du Covid 19 : Edouard Philippe saura le 24 octobre s'il est poursuivi pour les décisions prises par l'ancien gouvernement

Publié le
Écrit par S. Callier et AFP

La Cour de justice de la République a reçu des plaintes de citoyens contre l'ancien premier ministre, ainsi qu'Olivier Véran et Agnès Buzin, anciens ministres de la santé. Les juges ont examiné des points précis comme l'approvisionnement en masques et les consignes sanitaires.

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe est convoqué le 24 octobre devant la Cour de justice de la République  en vue d'une éventuelle mise en examen dans le cadre de l'enquête sur la gestion de la pandémie , a confirmé le parquet général, sollicité par l'AFP, après une information du Monde.

Au Havre, en octobre 2020, le bureau de maire et le domicile d'Edouard Philippe avaient été perquisitionnés, en même temps que ceux d'Olivier Véran et Agnès Buzyn. 



    Le maire du Havre et président d'Horizons, parti proche de la majorité présidentielle, sera entendu par les trois magistrats de la commission d'instruction de la CJR sur les infractions de mise en danger de la vie d'autrui et abstention volontaire de combattre un sinistre, a confirmé le parquet général

près la Cour de cassation à l'AFP.



  A l'issue de son audition, il peut être mis en examen ou placé sous le statut plus favorable de témoin assisté s'il parvient à convaincre les juges qu'il n'existe pas suffisamment d'indices graves ou concordants pouvant être retenus contre lui.

  "Je conteste vigoureusement les incriminations qui me sont reprochés", a assuré dimanche l'ancien Premier ministre (mai 2017- juillet 2020) dans une interview au journal Le Parisien. 

Dans cette information judiciaire ouverte en juillet 2020, l'ancienne ministre de la Santé (mai 2017 février 2020) Agnès Buzyn a été mise en examen pour mise en danger de la vie d'autrui le 10 septembre 2021. 



    Elle a été placée sous le statut de témoin assisté pour abstention volontaire de combattre un sinistre.



    Outre Mme Buzyn et M. Philippe, l'ex-ministre de la Santé Olivier Véran, est visé par cette instruction sur la gestion gouvernementale de l'épidémie de Covid-19 menée par la CJR, seule habilitée à poursuivre et juger des membres du gouvernements pour des crimes ou délits commis dans l'exercice de leurs fonctions.



    A ce stade, Olivier Véran n'a pas été entendu par la CJR. 



Les investigations avaient été lancées après plusieurs plaintes dénonçant notamment le manque d'équipements de protection pour les soignants et la population ou les errements sur la nécessité ou non de porter des masques.





  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité