L'escalier de Montmorency, un trésor havrais endormi

C'est un trésor caché, un monument historique condamné. L'escalier roulant du Havre vient de fêter ses 90 ans, mais il est fermé au public depuis 1984. Il paraît impossible de le remettre en service. Aujourd'hui des passionnés se mobilisent pour lui.

La montée durait un peu plus de 4 minutes
La montée durait un peu plus de 4 minutes © France 3 Normandie
C'est un mécanisme d'un autre temps, 1928. L'escalier roulant de Montmorency était le plus grand d'Europe.
Il a transporté plus d'un million de Havrais par an entre la ville haute et la ville basse, entre les quartiers populaires et les usines.

Tout à été conservé précieusement, depuis les prémices du projet. Car il a d'abord été question d'un funiculaire, avec même une pétition des habitants.

Finalement, ce sera un escalier mécanique. Près de 50 mètres de dénivelé, plus de 150 mètres de longueur. Un défi prestigieux.
 
© France 3 Normandie

Mais les autres modes de transports se sont multipliés, et les pannes se sont accumulées. L'escalier de Montmorency est devenu trop cher à entretenir, et il a fermé finalement en 1984.

Les derniers a avoir pu en profiter, au moins visuellement, ce sont des scolaires en 2011.

Pour en faire un musée, il faudrait dépenser 5 millions d'euros

Des passionnés se mobilisent aujourd'hui, mais les études économiques sont implacables...
Impossible de le remettre en service, trop cher, trop de nouvelles normes de sécurité. Ne serait-ce que pour en faire un musée, il faudrait dépenser 5 millions d'euros... 

Autant dire que les 15 et 16 septembre, pour les journées du patrimoine, la simple ouverture des grilles et des portes sera exceptionnelle.
 
Quel avenir pour l'escalier de Montmorency ?

Le temps s'est arrêté ici depuis 34 ans, jusqu'à laisser ce lieu chargé d'histoire presque dans l'oubli. Pas par volonté de tirer un trait sur le passé, juste parce que la réalité économique du monde moderne a pris le pas...

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
baie de seine sorties et loisirs patrimoine culture transports économie