Le Havre : une plainte après une interpellation violente pendant une manifestation

Essuie glace tordu, rétroviseur cassé et vitre de la portière brisée : voici l'état de la voiture de deux Havrais après leur interpellation par les gendarmes mobiles. / © DR. Théo.
Essuie glace tordu, rétroviseur cassé et vitre de la portière brisée : voici l'état de la voiture de deux Havrais après leur interpellation par les gendarmes mobiles. / © DR. Théo.

La vidéo de deux frères, interpellés au Havre par les forces de l'ordre, en marge de la manifestation contre la réforme des retraites le jeudi 5 décembre 2019, fait réagir les internautes. Les deux jeunes dénoncent une réaction disproportionnée des gendarmes mobiles 

Par DM Claude et Catherine Lecompte

Deux jeunes ont été sortis de force de leur voiture jeudi dernier. Ils ont filmé une partie de leur interpellation et la diffusion de cette vidéo suscite beaucoup de commentaires sur les réseaux sociaux. 


"On a eu très peur ! On n'a rien fait ! "

Théo, 20 ans, nous raconte ce moment où jeudi 5 décembre, en marge de la manifestation, deux gendarmes l'ont interpellé ainsi que son frère âgé de 17 ans, alors qu'ils venaient de participer à la manifestation contre la réforme des retraites. 
Les forces de l'ordre avaient dispersé les manifestants qui bloquaient la circulation au niveau du stade Océane à l'aide de gaz lacrymogène. 

"Les gendarmes ont gazé tout le monde, sans sommation" précise Théo. 
"Les manifestants se sont dispersés. Avec mon frère, on est allé à la voiture (sur le parking près du stade Océane).
Mon frère a commencé à filmer avec son téléphone portable. On entend des gendarmes qui cherchent  des cartouches de LBD (lanceur de balles de défense) qui viennent d'être tirées. 
 

Une plainte et un avocat

(mise à jour de cet article par R. Plumet)
Ce lundi (9 décembre 2019) une équipe de la rédaction de France 3 Normandie a interviewé un des deux manifestants interpellés (qui n'a pas souhaité être filmé à visage découvert), puis l'avocat havais qui conseille désormais  les deux frères qui étaient à bord de leur voiture. 
 

Tout est répréhensible point par point : la manière dont mes clients sont interpellés, la manière dont les forces de l'ordre cassent le véhicule gratuitement…
Il faut espérer que justice sera faite et que de tels comportements ne puissent être produits grâce à un exemple qui pourrait, qui peut être donné.

- Nicolas Capron, avocat

 

Des questions après une interpellation musclée au Havre
VIDEO : le reportage de Juliette Baeza et Anaïs Lebranchu (montage : Cécile Garzena)
 

La version des deux frères

Voici ci-dessous, le récit de ce qui s'est passé sur le parking du stade Deschaseaux à partir du contenu de la vidéo publiée sur les réseaux sociaux. .Ce weekend, la rédaction de France 3 Normandie a joint  par téléphone les deux frères pour qu'ils racontent leur interpellation :

Sur la vidéo filmée par les deux manifestants on entend :" il faut les retrouver." 
C'est à ce moment là que la scène dérape. Théo s'adresse à distance au gendarme :

"Tu n'assumes pas d'avoir tiré ?". 

A ces mots, le représentant des forces de l'ordre se retourne. Théo pourquit le récit. 
"Il s'est dirigé vers nous. On a eu peur. Les deux frères s'enferment alors dans leur voiture, une peugeot 106 rouge). 

Les gendarmes ont alors demandé, et à plusieurs reprises, aux deux personnes présentes à l'intérieur du véhicule d'ouvrir.
(Dans la vidéo on les entend distinctement dire "Ouvre ! Ouvre ! Ouvre !"

Dans la vidéo filmée de l'intérieur de la voiture, on voit un gendarme, qui à l'extérieur, qui met un coup dans le rétroviseur conducteur et le casse. Il tord un essuie-glace, fait le tour du véhicule en nous mettant en joue avec son LBD. 

Nous, on met les mains en l'air pour montrer qu'on collabore. Un gendarme va vers mon frère et casse la vitre passager". 

Les faits suivants que nous rapporte Théo ne sont pas filmés. Noam a arreté la vidéo. 
"Mon frère a été sorti par les pieds et mis à terre. La vitre conducteur a été cassée par un gendarme. Ils m'ont sorti par la vitre brisée. Il y avait plein de débris de vitre sur nous. 
Au sol, on a été menotté et emmené à l'hôtel de police du Havre.
On a été placés en garde à vue pendant 24 heures et on est sorti le lendemain, vendredi 6 décembre, à 17:35."

 
Débris de verre dans la voiture des deux Havrais après l'interpellation par les gendarmes mobiles / © DR. Théo
Débris de verre dans la voiture des deux Havrais après l'interpellation par les gendarmes mobiles / © DR. Théo


Des suites judiciaires

"Pour moi (Théo), je suis convoqué au tribunal en septembre 2020 pour  attroupement après sommation et outrage. Noam est convoqué en janvier 2020. Il fera l'objet d'un rappel à la loi pour attroupement après sommation."

 Une vidéo qui fait réagir les internautes

La vidéo tournée par Noam lors de l'interpellation a été vue près de 130 000 fois sur facebook et plus de 43 000 fois sur twitter. 

Pas de réponse de la police pour le moment

Les services de police, sollicités à plusieurs reprises, au Havre et à Rouen, nous font savoir qu'aucune communication ne sera faite pour l'instant à ce sujet.
Le Parquet du Havre a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de cette interpellation. 
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus