Le Havre : des trottinettes électriques en libre-service

A partir de ce lundi 19 juillet 2021, les Havrais pourront se déplacer en trottinettes électriques mises à leur disposition au centre-ville.
A compter du 19 juillet 2021, la ville du Havre s'est équipée de trottinettes électriques.
A compter du 19 juillet 2021, la ville du Havre s'est équipée de trottinettes électriques. © Marc Moiroud-Musillo/France Télévisions

Ce lundi 19 juillet 2021 est le jour du lancement du nouveau service de déplacement proposé aux habitants du Havre. Pour l’instant, seul le centre reconstruit de la ville océane et le front de mer sont concernés par les 600 trottinettes électriques en libre-service. A partir de la rentrée, ce mode de déplacement sera déployé progressivement à l’ensemble de la ville. Les communes de la communauté urbaine pourront faire une demande de ce service dès le premier trimestre 2022.

© Marc Moiroud Musillo/France Télévisions

Comme beaucoup de villes, Le Havre fait le pari de l’électrique. Après un appel d’offres, c’est la société Lime qui a été retenue. Ce sont des trottinettes « Gen4 » issues de la dernière génération qui seront mises à disposition.

Un mode de transport trop polluant ?

Lors d’un conseil d’agglomération, l’opposition a émis des doutes sur le coût écologique de ces trottinettes. Le président de la metropole Le Havre Seine, Edouard Philippe a précisé que : "Pour la recharge et la maintenance des trottinettes, LIME prévoit d’utiliser 100 % d’énergie renouvelable. De même, l’opérateur s’est engagé à recourir à une flotte logistique « zéro émission » à motorisation électrique ou au Gaz naturel vert (GNV), au moyen de vélo-cargo ou de véhicules utilitaires pour les interventions dans l’espace public."

Combien ça coûte ?

1 € : coût de frais de déverrouillage

0,15 € : tarif à la minute

12,99 € : coût du pass journalier

39,99 €  : tarif du pass mensuel

Un tarif social sera proposé pour les personnes à faibles ressources.

Des règles d’utilisation à respecter

Le fonctionnement du service repose sur un système de géolocalisation très précis de chaque trottinette pour pouvoir encadrer leur utilisation.

Pour le lancement, une soixantaine d’emplacements seront positionnés dans la ville. L’utilisateur aura l’obligation de déposer sa trottinette sur ces emplacements pour stopper la facturation du service.

La circulation des trottinettes devra s’effectuer sur les pistes cyclables ou sur les routes limitées à 50 km/h. Au démarrage du service, la vitesse maximale des trottinettes sera limitée à 20 km/h. Des restrictions de circulation seront mises en place selon les secteurs (limitation automatique de vitesse en zones piétonnes, interdiction de circulation dans les cimetières…).

Pour la sécurité des usagers, aucun stationnement ne sera positionné à moins de 50 mètres des bassins et des zones interdites seront appliquées à proximité de ces plans d’eau.

En cas de non-respect de ces règles, la trottinette sera automatiquement désactivée, obligeant l’utilisateur à effectuer un demi-tour pour rejoindre la zone autorisée.

L’opérateur s’engage à effectuer une révision hebdomadaire de chaque machine et à récupérer une trottinette défectueuse dans un délai d’une heure. Pour cela, l’entreprise mettra en place un centre de maintenance sur le territoire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie écologie environnement transition énergétique énergie politique