Le Maire du Havre, Edouard Philippe sera-t-il candidat à l'élection présidentielle 2022 ?

Dans une interview diffusée dimanche 12 septembre, Edouard Philippe dévoile ses intentions pour l'élection présidentielle 2022. Le maire du Havre évoque également la création de son parti en octobre prochain.
Edouard Philippe sur le plateau de France 2, le 4 avril 2021
Edouard Philippe sur le plateau de France 2, le 4 avril 2021 © Thomas Coex / AFP

Alors ira, ira pas ? Edouard Philippe a éclairci ses intentions ces derniers jours. Et, sa prise de parole était très attendue notamment du côté de la majorité présidentielle et du parti LREM. Réunis pour leurs journées parlementaires à Angers (49), ville dirigée par Christophe Béchu, un très proche d'Edouard Philippe, les députés et sénateurs LREM exprimaient leurs espoirs de former une "maison commune" autour du parti présidentiel. Le Modem, Agir, et Territoires de Progrès sont autant de mouvements qui devraient participer de la dynamique en faveur de la réélection d'Emmanuel Macron. Mais quid de l'ex Premier ministre resté muet sur son avenir, quelles sont ses ambitions ?

Une stature de présidentiable

C'est un absent très présent... Comme un air de campagne, le maire du Havre fait le tour de France des librairies. Depuis la sortie de son livre Impressions et lignes claires publié en avril dernier. Présent toujours en librairie, dans un autre livre, celui du journaliste Tugdal Denis, La vérité sur Edouard Philippe, en vente depuis quelques jours. Dans les bonnes pages publiées dans la presse, les propos du maire de la cité Océane ne laissent guère de doutes sur ses intentions : "Si un jour je suis élu (ndlr : Président de la République), c’est moi qui fixerai le cap, croyez-moi." Et il a de quoi espérer rassembler de nombreux suffrages. Sondage après sondage, Edouard Philippe reste la personnalité politique qui rassemble le plus : 49% des Français ont une image positive de l'ex locataire de Matignon (sondage Elabe pour Les Echos et Radio Classique). Bien plus populaire que le deuxième du classement Nicolas Hulot (41%) ou la troisième, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture avec 39%. 

"Loyauté et cohérence" à l'égard d'Emmanuel Macron

Le discours d'Edouard Philippe a changé. Il l'a répété ces derniers mois : "je suis loyal et libre". Une déclaration qui laissait jusqu'à hier la porte ouverte à une candidature à l'élection présidentielle de 2022. Mais finalement, il n'ira pas. L'ancien chef du gouvernement se veut désormais "loyal et cohérent" et appuiera la candidature d'Emmanuel Macron en avril 2022. Il l'a déclaré dans l'émission 7à8, chez nos confrères de TF1 : "Pour l'élection présidentielle de 2022, je soutiendrai le Président de la République."

Pour Agnès Firmin-Le-Bodo, député (Agir) du Havre, cette clarification d'Edouard Philippe était "une évidence", elle n'y voit aucune surprise. "Il a toujours été dans cette cohérence pendant sa mission comme Premier ministre mais aussi dans l'après-Matignon", souligne cette proche.

C'est aussi la fin d'un suspense qui avait assez duré au goût d'autres parlementaires de l'aile gauche... Sur les réseaux sociaux, de nombreux poids lourds de la majorité et du gouvernement ont réagi à la déclaration d'Edouard Philippe, se félicitant de voir le maire du Havre affirmer son soutien à Emmanuel Macron. A l'image du président de l'Assemblée Nationale, Richard Ferrand. 

Au gouvernement, d'anciens ministres d'Edouard Philippe (toujours en poste dans l'actuelle équipe Castex) ont également écrit leur satisfaction dans cette prise de décision : Agnès Pannier-Runacher, Genevièvre Darrieussecq, Marc Fesneau, Elisabeth Borne... 

Au micro de TF1, le maire du Havre justifie son choix : "la loyauté à l'homme, ça compte pour moi. Et je veux être cohérent, pendant 3 ans j'ai été son Premier ministre [...], je ne vois pas comment aujourd'hui je pourrais dire 'ce n'est pas comme ça qu'il fallait faire etc...'". Alors Edouard Philippe, est-il en train de reculer pour mieux sauter ? 

Il se met en ordre de marche pour... 2027 ?

Oui, il soutient Emmanuel Macron et même temps... il reste libre. Edouard Philippe va créer son parti, dans sa ville du Havre, le week-end du 9 octobre 2021. "Il va ancrer la place des communes dans le schéma politique, explique la députée Firmin-Le-Bodo, c'est sa liberté". Elle même sera membre fondateur du parti d'Edouard Philippe, "en mon nom propre" précise-t-elle, pour ne pas engager son propre parti "Agir", également dans la majorité présidentielle.

Le mouvement du maire de la cité Océane devrait rallier des élus du centre et de la droite à l'image du rassemblement de Fontainebleau à la fin du mois d'août dernier. Une quarantaine de maire s'était retrouvée autour d'Edouard Philippe pour constituer ce qui pourrait être la jambe droite de la campagne macroniste. Le maire d'Angers, Christophe Béchu, expliquait à cette occasion à nos confrères du Parisien vouloir influer sur le scrutin : "Il faut que l’on continue à se voir, sans doute de manière encore plus intense et que l’on réfléchisse à une forme de structuration qui nous permette de peser de manière politique." Quant à savoir s'il s'agit d'une première pierre pour 2027, Agnès Firmin-Le-Bodo balaye l'hypothèse d'un revers de main : "vous avez entendu Edouard Philippe hier soir ? Il a été très clair. Il souhaite juste apporter des idées au débat présidentiel." A cette même question, il avait répondu : "Parler de 2027, c'est à la fois déplacé et absurde." 

Le chemin sera long avant d'accéder au 55 Rue du Faubourg Saint-Honoré. Dans le documentaire "Edouard , mon pote de droite" diffusé sur  France 5 au début de l'été, l'intéressé éludait la question de son éventuelle envie de prendre la tête du pays prochainement : "c’est pas une question légère. C’est une question assez compliquée." Une bonne réponse de Normand.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élection présidentielle élections