Présidentielle 2022 : il faudra compter sur Edouard Philippe, selon le maire de Niort Jérôme Baloge

Une quarantaine de maires de droite modérée et du centre, dont celui de Niort, se sont réunis dimanche à Fontainebleau autour d'Edouard Philippe promettant de se structurer pour "peser" davantage politiquement à l'approche de la présidentielle de 2022.

Ce rendez-vous marquait la rentrée commune de deux associations d'élus très proches: "La France audacieuse" du maire de Nice Christian Estrosi, qui a quitté Les Républicains il y a trois mois, et "La République des maires" de l'édile d'Angers Christophe Béchu, ex-LR depuis 2017.
En filigrane se dessine un espace politique penchant à droite et plutôt favorable à Emmanuel Macron, dont la figure de proue pourrait devenir à terme, s'il se concrétisait davantage, Edouard Philippe.

Parmi les participants dimanche se côtoyaient selon l'AFP l'habituel réseau de l'ancien pensionnaire de Matignon, du maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc à celui de Toulon Hubert Falco, en passant par Alain Chrétien (Vesoul), Arnaud Robinet (Reims) et Jérôme Baloge, Maire de Niort.

"C'est quelqu'un qu'on a envie de suivre"

Ce dernier, joint au téléphone ce lundi, confirme sa présence : "On s'est souvent réuni lorsque qu' Edouard Philippe était Premier Ministre. Il prenait ainsi le pouls du pays. Avec les échéances nationales à venir, on a décidé de se retrouver plus souvent. Il existe de vrais enjeux de recomposition politique."

Une recomposition politique avec Edouard Philippe comme leader ? Jérôme Baloge ne cache pas son estime pour l'actuel maire du Havre:

C'est quelqu'un qu'on a envie de suivre. C'est un homme authentique, simple et respectueux. Il a marqué les Français par sa proximité et sa dynamique moderne. Il n'est pas dans la petite phrase. Il peut incarner une nouvelle concorde. Il a, quoi qu'il en soit, la carrure d'un homme d'Etat. C'est un homme qui va compter dans les mois qui viennent.

Jérôme Baloge

De là à envisager une candidature d'Edouard Philippe en 2022 ? Le Maire de Niort refuse d'évoquer cette éventualité. Il donne juste rendez-vous mi-octobre au Havre. Les soutiens de l'ancien Premier ministre devraient y être encore plus nombreux. 

 

  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élection présidentielle élections