Un match Ajaccio-Le Havre qui a de quoi “dégoûter du football”

La réaction de Jean-Philippe Mateta au pénalty / © Photo : Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
La réaction de Jean-Philippe Mateta au pénalty / © Photo : Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

Anomalies, manque d'équité, décisions d'arbitrage étonnantes : deux jours après les violences en Corse, la défaite des joueurs havrais suscite bien des questions et des commentaires !

Par Richard Plumet (avec AFP)

Vincent Volpe, le président du HAC, avait pourtant passé des heures à expliquer à la Ligue Professionnelle de Football pourquoi, après les violences commises vendredi à l'encontre des joueurs havrais, il ne fallait pas rejouer ce match (annulé par la préfecture) contre Ajaccio le surlendemain. Il avait également plaidé pour une rencontre en "terrain neutre. Voire à huis-clos. 
Rejouer à Ajaccio : "une décision injuste" alors que "personne est capable de maîtriser ce qui se passe là-bas !"

En vain : la LFP n'a rien voulu savoir et a maintenu le report du match le dimanche soir à 19h au stade d'Ajaccio, là même où les footballeurs normands avaient été attaqués et piégés plusieurs heures dans leur car à coups de pierres et d'engins explosifs puis victimes d'insultes racistes : "négros, ramasseurs de coton", "sale arabe", "Français de merde"…
A bord du car du HAC attaqué à Ajaccio

C'est donc après ces violences, la fatigue de deux voyages en avion et le préjudice d'un traumatisme psychologique que les joueurs sont revenus hier soir (sous bonne escorte) au stade François-Coty pour (re)jouer le match annulé vendredi dernier.
Arrivée de l'équipe du HAC au stade d'Ajaccio


Ajaccio l'emporte

Finalement, et au terme d'un match fou, l'AC Ajaccio a remporté le barrage de L2 dimanche face au Havre, au bout du suspense. L'histoire de la Ligue 2 retiendra le score d'un match échevelé, marqué par quatre expulsions (deux dans chaque camp): 1-1 à la fin du temps réglementaire, 2-2 après prolongations, 5 tirs au but à 3.
(► Lire le résumé détaillé de la rencontre au bas de cette page)
Le club corse ira donc affronter mercredi et dimanche le Toulouse FC (18e de Ligue 1) en matches aller et retour.
 

Violences contre les Havrais en tribune présidentielle

Estimant que la sécurité à l'intérieur du stade allait être non garantie et peut-être insuffisante, le président du HAC avait déconseillé aux supporters havrais de se rendre à Ajaccio. Il avait de son côté assuré sa propre sécurité (et celle des dirigeants havrais) en embauchant plusieurs gardes du corps.

La députée du Havre prise pour cible

En dépit de cette protection rapprochée, des projectiles ont été lancés sur la tribune présidentielle où se trouvaient Agnès Firmin-Le Bodo, députée du Havre, et Vincent Volpe. Le président du HAC a reçu un coup de pied dans le dos (sans parler des injures et des crachats.).

VIDEO France 3 Normandie : le témoignage d'Agnès Firmin Le Bodo au lendemain du match
(reportage Charles Behr et Hervé Guiraudou)
L'indignation de la députée du Havre après le match d'Ajaccio


 
AUDIO : le témoignage d'Agnès Firmin Le Bodo sur la radio France Bleu Normandie

Contactée ce midi (lundi 21 mai 2018) par la rédaction de France 3 Normandie, Agnès Firmin-Le-Bodo a confirmé, qu'avec Vincent Volpe, ils ont été obligés de quitter en urgence la tribune  pendant le match et se sont retrouvés confinés dans les vestiaires.
La députée de la République a par ailleurs précisé avoir entendu des supporters corses proférer des insultes racistes à l'encontre de joueurs, dont notamment le gardien havrais…

"Nous avons subi une pression physique" : Agnès Firmin le Bodo et Vincent Volpé exfiltrés de la tribune du HAC

La député de Seine-Maritime Agnès Firmin Le Bodo était présente à Ajaccio en Corse dimanche pour le match de barrage contre le HAC. Avec le président du club, Vincent Volpé, ils ont dû être exfiltrés des tribunes du stade car après le penalty de Mateta, la tension était à son comble.



"Je suis dégoûté du foot"

VIDEO : l'amertume et la colère de l'entraîneur du HAC

Oui, je suis dégoûté du foot ! Ce match est cruel…  Quand on envisage d'organiser  des JO en France et qu'on a des difficultés à organiser des play-off en Ligue 2, il faut quand même se poser des questions ...
Vendredi, j'ai entendu des choses qui me dérangent fortement

Oswald Tanchot : "Je suis dégoûté du foot"



Au-delà du résultat (sportif) de cette rencontre, des questions se posent sur le déroulement de ces trois journées, loin des valeurs du football et du sport en général…


"Fier et triste"

Comme l'entraîneur du HAC, Oswald Tanchot, beaucoup d'amateurs de foot, supporters ou non de l'équipe du Havre, ont été choqués par les anomalies et comportements anormaux de la soirée

Ce soir, je suis fier de mes joueurs et dégoûté du football. Et triste car l'équipe qui devait passer a été éliminée. Je suis triste pour mes joueurs qui ont été au bout d'eux-mêmes dans les conditions que vous connaissez. Ils ont réussi un exploit jusqu'à ce dernier ballon. On n'a pas été arbitré correctement sur le but de Jean-Philippe Mateta.

Oswald Tranchot a également évoqué les raisons du  geste (sanctionné) de Mateta :

Il a l'habitude de célébrer ses buts comme Memphis Depay qui est son ami. Il lui a rendu hommage et termine avec un carton rouge. C'était sans doute mieux que ce match se termine par une victoire de l'AC Ajaccio. On s'est déplacé deux fois en 48 heures.

Il n'y pas eu d'équité dans ce match. La saison se termine de façon cruelle. Pourtant, on méritait d'avoir le bonheur de recevoir Toulouse mercredi.


► Plus d'infos à venir

Le résumé du match Ajaccio – Le Havre

Dimanche (20 mai 2018), le match a été électrique entre les deux équipes, comme on pouvait s'y attendre, et il s'est achevé à 9 contre 9.

Partis sur un rythme élevé, les Ajacciens prenaient l'avantage par Ghislain Gimbert, décalé par Moussa Maazou et dont la volée trouvait la lucarne havraise (1-0, 16e). Un but qui ponctuait logiquement la domination ajaccienne. Les Havrais allaient revenir dans la partie au moment où l'on s'y attendait le moins: parti dans le dos de la défense, le capitaine Alexandre Bonnet évitait le gardien corse, Jean-Louis Leca, et servait l'attaquant Jean-Philippe Mateta qui remettait les pendules à l'heure (1-1, 36e).

Plus aucun but n'était inscrit dans le temps réglementaire, avant des prolongations marquées par une pluie de cartons rouges. Mathieu Coutadeur, côté ajaccien, prenait le premier le chemin des vestiaires (108). Puis un autre but de Mateta, sur penalty, redonnait l'avantage au Havre (1-2, 111e), mais était suivi de longues échauffourées provoquées par le "chambrage" de l'attaquant havrais.

Conséquence immédiate, Mateta et son coéquipier Denys Bain, ainsi que le Corse Joris Sainati, étaient expulsés en même temps, tous les trois (113).

D'une frappe limpide, tendue, imparable, le milieu de terrain guinéen de l'ACA, Mady Camara remettait à nouveau les deux équipes à égalité (2-2, 120e).

Il fallait alors avoir recours aux tirs au but pour départager les deux équipes. A ce jeu, aucun Ajaccien ne tremblait. Leca sortait le tir au but de Zinedine Ferhat et Gimbert, sur la dernière tentative ajaccienne, envoyait les Corses en barrage d'accession dans l'élite.

A lire aussi

Sur le même sujet

300 retraités dans les rues du Havre

Les + Lus