Naufrage du Breiz : cinq personnes, dont un bénévole de la SNSM devant le tribunal maritime du Havre

Cinq personnes vont comparaître, à partir du mardi 2 avril 2024, devant le tribunal maritime du Havre, après le naufrage du chalutier Breiz, survenu en janvier 2021, au large du Calvados. L'accident avait coûté la vie à trois marins. Parmi les prévenus, le capitaine du canot de la SNSM chargé du remorquage.

Cinq personnes, dont le capitaine du canot de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), chargé des opérations de remorquage, vont comparaître, à partir de ce mardi 2 avril 2024, devant le tribunal maritime du Havre (Seine-Maritime), après le naufrage du chalutier Breiz. Elles sont jugées pour homicides involontaires, après le naufrage du bateau de pêche, survenu le 14 janvier 2021, au large de Lion-sur-Mer, dans le Calvados. Naufrage qui avait coûté la vie à trois marins pêcheurs.

Que s'est-il passé ? 

Ce jour-là, le chalutier Breiz se retrouvait, de nuit et dans des conditions météorologiques difficiles, en détresse au large de la côte de Nacre.

À son bord, trois marins, dont deux frères, originaires de Saint-Vaast-la-Hougue et Cherbourg. Lors du remorquage du chalutier, par le canot de la SNSM, le bateau de pêche sombrait très rapidement par l'arrière avec son équipage. Les corps des trois marins étaient récupérés le lendemain par les plongeurs dans l'épave. 

Un an après le drame, le Bureau d'Enquêtes sur les évènements de la mer (BEA Mer) rendait son rapport d'investigation. Il mettait hors de cause les sauveteurs et soulignait "le manque d'expérience des pêcheurs et la surcharge" du chalutier au moment des faits.

Pourtant, quelques mois plus tard, en novembre 2022, les cinq membres de la SNSM ayant participé au remorquage étaient placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour homicide involontaire. Une garde à vue qui avait suscité beaucoup d'émotion chez les sauveteurs de la SNSM. 

Cinq personnes devant le tribunal du Havre

Outre le capitaine du canot de la SNSM de Ouistreham comparaissent devant le tribunal, le co-armateur du chalutier, un expert maritime et deux agents de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) du Calvados. Les peines encourues vont jusqu'à dix ans d'emprisonnement.

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité