Cet article date de plus de 4 ans

Rouen : pas de bus en centre ville

Ce jeudi (14 janvier) les chauffeurs des bus TEOR manifestent contre la présence de vélos, rollers, trottinettes et planches à roulettes sur les voies réservées aux bus

© Richard PLUMET / France 3
Evoquant un danger et un risque important d'accidents, ils demandent l'application stricte de l'interdiction et un renforcement  de la verbalisation.
> Infos Pratiques sur les perturbations et les arrêts non desservis sur le site Réseau Astuce

VIDEO : le reportage France 3 Normandie de Félix Bollez et Bruno Belamri avec le témoignage de clients des lignes de bus TEOR et les interviews de 
14/01/2016_bus teror_devies _jts



VIDEO France 3 Normandie : l'interview (ce jeudi midi) de  David Courthial, secrétaire adjoint du CHSCT de la TCAR
14/01/2016_bus_teor_rouen_jtm


 

14 janvier 2016 : contrairement à d'autres journées où le trafic était perturbé, des agents de la TCAR étaient présents pour informer, guider et accompagner (avec amabilité) les clients des transports en commun de l'agglomérationde Rouen
14 janvier 2016 : contrairement à d'autres journées où le trafic était perturbé, des agents de la TCAR étaient présents pour informer, guider et accompagner (avec amabilité) les clients des transports en commun de l'agglomérationde Rouen © R. PLUMET / France 3
14 janvier 2016 : conséquence du mouvement social des chauffeurs des bus TEOR : le retour des vélos sur les voies réservées aux bus...
14 janvier 2016 : conséquence du mouvement social des chauffeurs des bus TEOR : le retour des vélos sur les voies réservées aux bus... © France 3



Une cohabitation difficile ?

En avril 2015 les chauffeurs de  bus TEOR avaient exercé leur droit de retrait et la circulation des bus avait été arrêtée plusieurs heures.
Le 6 juin 2015, un rassemblement de défenseurs du vélo et de militants avait eu lieu  pour  protester contre l'exclusion des vélos des voies TEOR et réclamer " la restitution des espaces urbains aux piétons, personnes à mobilité réduite, cyclistes, rollers, skates, trottinettes, transports en commun, la création d’un réseau cyclable cohérent, continu et sécurisé et la gratuité des transports en commun ainsi que leur libre accès, en permanence, pour les vélos."
VIDEO : l'interview de Guillaume Grima, administrateur de l'association  SABINE de Rouen (Société Amicale de la bicyclette en Normandie) le 6 juin 2015.

14/01/2016_manif vélorution_rouen_juin 2015


 

La Métropole déplore

Ce jeudi midi, dans un communiqué, la Métropole de Rouen "déplore fortement les déviations des TEOR dans le centre ville de Rouen" et annonce avoir "engagé une procédure pour assermenter les agents de la TCAR afin qu’ils puissent verbaliser ceux qui ne respecteraient pas la réglementation en vigueur sur les plateformes TEOR". Par ailleurs, et en guise d'adresse à la mairie de Rouen, elle "rappelle que les agents de la police municipale sont habilités à sanctionner les éventuelles contraventions, en application des pouvoirs de police du maire."
 

Les écolos dénoncent "un traitement discriminatoire à l’encontre des vélos"

Dans un communiqué publié en fin de matinée (à lire en bas de cette page), les membres du groupe des élu-es écologistes de la Métropole Rouen Normandie ,  affirment que "l'avenir des centre-villes est aux vélos et aux transports public !" Ils estiment que  "l’attitude des chauffeurs de la TCAR est incompréhensible alors même qu’ils font le choix de pénaliser injustement les usagers des transports publics pour un fait non avéré."

 

Archive : vélo et roller sur la voie réservée au bus TEOR
Archive : vélo et roller sur la voie réservée au bus TEOR © Richard PLUMET / France 3

 

Le communiqué  des écologistes :

L'avenir des centre-villes est aux vélos et aux transports publics !
De nouveau aujourd’hui le trafic Teor est perturbé par un mouvement de retrait des chauffeurs de la TCAR sur le secteur de desserte de centre-ville.
Le motif de sécurité invoqué serait en lien avec la présence de cyclistes sur les voies.
Les élu-es écologistes de la Métropole rappellent à cette effet que l’aménagement des quais haut rive droite accueille de plus en plus de cyclistes et que l’on constate une diminution nette du nombre de cyclistes sur les voies Teor suite à la campagne de sensibilisation menée par la Ville de Rouen.
L’attitude des chauffeurs de la TCAR est incompréhensible alors même qu’ils font le choix de pénaliser injustement les usagers des transports publics pour un fait non avéré.
En effet, si nous avons eu communication d’une alerte des chauffeurs transmise à la Métropole, les photos illustrant la présence de vélos ne permettaient pas de confirmer les propos, voire montraient des cyclistes en situation légale.
L’absence totale de réaction de dénonciation concernant la présence de véhicules particuliers, véhicules de transports ou de livraison, que l’on peut pourtant constater régulièrement sur les voies Teor, est flagrante.
Par conséquent les élu-es écologistes ont le fort sentiment d’un traitement discriminatoire à l’encontre des vélos.
Les représentants des chauffeurs de la TCAR se concentrent sur les cyclistes qui ont pourtant déjà à faire face aux nombreuses situations délicates en centre urbain, qui constitue pour eux un enjeu d’insécurité.
Enfin sur la question du partage de la voirie, nous souhaitons rappeler qu’à Rouen sur le F1 les vélos circulent et ça fonctionne.
Dans les grandes villes le vélo cohabite avec les transports en commun, les rendant attractives et modernes dans leur approche de la mobilité.
Tout ça pour ça…

Pour le groupe des élu-es écologistes
de la Métropole Rouen Normandie,
Cyrille Moreau, Président
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports polémique société