Seine-Maritime : l’employé de Chronopost volait des téléphones portables dans les colis

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Plumet

Le voleur a été démasqué grâce à la perspicacité d’un habitant de Grand-Quevilly qui a reconnu son portable disparu en vente sur Internet

Un colis jamais arrivé chez SFR

C’est il y a plus de six mois que l’affaire débute, quand dans les premiers jours de mars, un habitant de Grand-Quevilly (au sud de Rouen) vient voir la police pour signaler la disparition de son téléphone portable, un Nokia Lumia. Quelques jours plus tôt il avait envoyé pour réparation son téléphone à SFR dans un colis Chronopost. N’ayant pas de nouvelles, il appelle les services de SFR, qui après une rapide recherche, lui répondent qu’il n’y a aucune trace de son envoi.
Après SFR, C’est Chronopost qui est contacté. Et là, on retrouve le colis. Mais vide. L’emballage a été ouvert…

Sur le Bon Coin.fr

Un mois plus tard, le propriétaire du téléphone disparu retourne voir les policiers du commissariat de Grand-Quevilly. Il leur explique qu’il a reconnu son Nokia dans une annonce du site de vente entre particuliers Le Bon Coin. Il raconte s’être porté acquéreur en répondant à l’annonce pour racheter son bien, mais le vendeur ne s’est jamais présenté au rendez-vous fixé pour la transaction…

Les policiers remontent jusqu’au voleur

Les faits sont troublants et le groupe d’appui judiciaire du commissariat poursuit l’enquête, à la recherche de celui qui a publié l’annonce.
Retrouvé à Elbeuf, le vendeur est interrogé et explique avoir acheté le Nokia pour 30 euros  "à une connaissance"  (qui, ayant du choix, proposait plusieurs modèles dont des Iphone) et l’avoir revendu pour la même somme à un ami, délaissant l’annonce postée sur Internet.

Qui est cette  "connaissance"  qui a procuré  le Nokia ?
Les enquêteurs ne tardent pas à le savoir : il s’agit d’un habitant de Saint-Aubin lès Elbeuf âgé de 21 ans qui travaille... au centre Chronopost de l’agglomération rouennaise ! Interpellé hier (mardi 15 septembre) il a reconnu le vol de 5 téléphones et d’une tablette dans les colis de l’entreprise.
Chez lui, les policiers ont retrouvé trois téléphones portables (dont un Iphone 6) et une tablette.

L’enquête n’est pas terminée : il s’agit maintenant de vérifier, en remontant l’historique des envois, si d’autres colis expédiés à ou par d’autres fournisseurs que SFR, ont été ouverts par l’employé indélicat de Chronopost…