Coronavirus : quel dispositif pour les plus vulnérables ?

La crise sanitaire a plongé les personnes âgées ou sans logement dans une situation délicate. Isolées ou dépendantes, elles ont, plus que jamais, besoin de l’aide et de l’attention de tous. A Rouen, la municipalité a adapté son action avec l'aide d'associations et de bénévoles.

A Rouen, la municipalité intervient auprès de 160 personnes isolées vulnérables.
A Rouen, la municipalité intervient auprès de 160 personnes isolées vulnérables. © PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Rester en contact... 

Prendre de leurs nouvelles. C'est la première des choses à faire pour venir en aide à nos anciens. Savoir comment ils vont et de quoi ils ont besoin, c'est ce à quoi s'attèlent les personnels des mairies de toute la France, depuis la crise liée au Covid-19. 

A Rouen, la municipalité intervient auprès de 160 personnes inscrites sur le fichier des personnes isolées vulnérables. Elles sont contactées quotidiennement pour recenser leurs besoins (courses, médicaments, aide psychologique) et trouver des réponses. 

Selon le cabinet du maire que nous avons joint par téléphone, 140 personnes reçoivent des repas à leur domicile depuis le confinement. Par ailleurs, des aides à domicile interviennent 2 fois par jour chez 70 personnes dont l'âge moyen est de 79 ans. 

Vingt Rouennais recensés par la Mairie reçoivent la visite des bénévoles de la Croix Rouge ou de la Banque Alimentaire pour des livraisons de médicaments ou de denrées alimentaires. 
 
Une trentaine de personnes reçoivent régulièrement l'appel téléphonique de membres du CCAS  pour des causettes qui ont pour but de rompre leur isolement total. 
 
Notons aussi que la maison des Aînés poursuit sa permanence téléphonique pour répondre à leurs questions et les aider dans leurs démarches (02 32 08 60 80). 

Pour les personnes sans logement

A destination des sans-domicile fixe, la municipalité de Rouen signale qu'elle a simplifié les procédures pour l'aide d'urgence. Elle maintient la distribution de paniers-repas, à La Chaloupe (1 place Saint Vivien - 02 35 71 90 69) et leur permet l'accès aux douches municipales (42 rue Orbe - 02 35 71 28 51). 
 

Dans l'Eure, la ville de Ménille prévoit l'ouverture d’un centre temporaire pour les personnes sans domicile fixe à compter du mercredi 1er avril 2020. Des personnes considérées comme malades, mais dont l’état clinique ne justifie pas une hospitalisation.

Il pourra accueillir au maximum 15 personnes isolées et 4 familles. Ces dernières seront prises en charge 24 heures sur 24 par l’association YSOS composée de professionnels de l’hébergement et de la
prise en charge des publics en situation de précarité. 

Les résidents intègrent le centre sur décision médicale et restent confinés dans leurs chambres. Ils réintégreront leur foyer d’origine une fois guéris. La Croix rouge assurera les transports.

Des hébergements en secours 

La mairie de Rouen tenterait-elle de prévenir une situation qui pourrait d'aggraver ? Possible puisque des hébergements supplémentaires sont mis à dispotition de l'Etat "si besoin", nous précise-t-on. Il s'agit de l'auberge de jeunesse ainsi que du centre Colette Yver pour de l'hébergement d'urgence. 

A destination des femmes victimes de violences, un appartement est mis aussi a disposition. 
 
 Les numéros à contacter :
  • CCAS (Germont) pour les personnes isolées de moins de 60 ans (CCAS, rue de Germont : 02 35 07 98 10)
  • La Maison des ainés pour les plus de 60 ans (Maison des ainés, 24 rue des arsins : 02 32 08 60 80). 
Concernant l’Ehpad géré par la Ville :
  • Interdiction de visites
  • Résidents confinés en chambre
  • Tout le personnel est présent + 7 agents ville/CCAS volontaires
Résidences autonomies (RPA) :
  • Interdiction des visites
  • Droit de sortie et rappel des mesures barrières
  • Aides à domicile / Les personnes mangent dans leur logement.
Maison des aînés
  • Fermée mais permanence téléphonique 0232086080 du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société personnes âgées famille solidarité