Coût d'une cérémonie, que faire de l'urne ... 6 infos pour tout savoir de la crémation

Si certains proches récupèrent l'urne, d'autres la dispose dans une case de columbarium dans un cimetière. / © PHOTOPQR/NICE MATIN
Si certains proches récupèrent l'urne, d'autres la dispose dans une case de columbarium dans un cimetière. / © PHOTOPQR/NICE MATIN

D'ici 2030, une cérémonie sur deux sera une crémation, une pratique qui gagne du terrain depuis les années 80. Quel est le coût de ces funérailles ? Que faire des cendres ? Pourquoi choisir la crémation ? Un spécialiste normand répond à ces interrogations.

Par Véronique Arnould

  • Une cérémonie sur deux d'ici 2030 ?
La crémation est une pratique qui gagne beaucoup de terrain : marginale au début des années 80, elle représente aujourd'hui 36 % des cérémonies en France avec quelques disparités. Les urbains sont plus nombreux que les ruraux à choisir cette solution. Les cimetières des villes sont saturés et la tradition d'inhumer reste plus importante en zone rurale.

Environ 40 % de la population de l'agglomération rouennaise a fait le choix de la crémation, ça correspond à la tendance nationale qui est même plus élevée, elle est de 45 % dans les zones urbanisées - François Ravaïeu, chef de secteur à la Société des Crématoriums de France.

  • Pourquoi choisir la crémation ?
Il y a des raisons philosophiques, économiques, écologiques... C'est déjà la seule alternative légale à l'inhumation. La pratique est plus écologique, moins dévoreuse d'espace, un argument dans les villes où les concessions se font rares.

Moi je préfère la crémation, c'est plus apaisant. Je ne veux pas savoir ce qui se passe au fond du cercueil, je ne peux pas imaginer ce qu'il y a sous la terre - Cassandra, Rouennaise.

Il y a également des raisons économiques, la crémation a été pendant très longtemps beaucoup moins onéreuse que l'inhumation, même si l'écart se creuse, elle reste en-deça d'un enterrement - François Ravaïeu.

  • Combien ça coûte ?

La crémation est moins chère qu'un enterrement, aujourd'hui en moyenne, une crémation de base (avec prestations de pompes funèbres)  est d'environ 3 000 euros contre près de 4 000 pour une inhumation. Précisons que les prix sont variables en fonction des villes et des entreprises de pompes funèbres.

Les tarifs sont par contre toujours les mêmes losque le crématorium est géré par un délégataire choisi par la commune. A Rouen, depuis le 1er octobre, un nouveau délégataire gère les deux structures, c'est la Société des crématoriums de France.


A Rouen, la crémation coûte 592 euros, vous avez la possibilité d'ajouter un accompagnement plus personnalisé, cela va s'ajouter au prix de base pour avoisiner les 700 euros - François Ravaïeu. 

A Rouen, le nouveau délégataire propose des tarifs sociaux : pour les familles bénéficiant du RSA (Revenu de Solidarité Active) ou APA (Allocation Personnalisée d'Autonomie), la crémation est à 415 euros.

6 infos sur la crémation
En 2030, la moitié des obsèques seront des crémations : quels sont les prix ? Que faire de l'urne ? Quels sont les délais ? Voici quelques réponses apportées par un responsable de la Société des crématoriums de France.
  • Quels sont les délais ?
Selon la règle en vigueur la crémation doit avoir lieu entre 24h et 6 jours après le décès. Mais le préfet pour déroger à la régle en cas de circonstances particulières. Lorsque les crématoriums ne peuvent plus rpéondre à la hausse des demandes, ces délais s'allongent et peuvent atteindre plus de dix jours.

Aujourd'hui, (à Rouen) les délais sont d'environ 10 ou 12 jours. Avec l'ouverture du nouveau crématorium de Petit-Quevilly, nous avons l'intention de réduire ces délais de moitié - François Ravaïeu.

  • Que faire des cendres ?
Après la crémation, les cendres sont recueillies dans une urne cinéraire munie d'une plaque indiquant l'identité du défunt et le nom du crématorium. Cette urne peut trouver sa place dans une case de columbarium, ou dans un caveau pouvant en contenir plusieurs, on appelle ça un ou une cavurne.

A Rouen, une case de columbarium coûte entre 200 euros pour 15 ans jusque 700 euros pour une concession de 50 ans.

Les particuliers ne sont plus autorisés à garder une urne à leur domicile depuis 2008 et la loi Sueur qui donne un statut juridique aux cendres des personnes décédées. Les cendres peuvent être dispersées en pleine nature et en cas de terrain privé, il faut en avoir l'autorisation. 

Une déclaration à la mairie du lieu de naissance du défunt est nécessaire. Un registre indique l'identité du défunt, la date et le lieu de dispersion des cendres - Service-Public

Illustration cimetière monumental Rouen

  • L'avenir de la crémation ?

Selon la Fédération Française de Crémation, cette pratique représentera 50 % des obsèques en 2030. 

Je n' ai pas de boule de cristal, j'imagine que la crémation va continuer à évoluer mais pas de manière aussi importante, je pense qu'il y aura une stagnation... chaque génération fait un choix - François Ravaïeu.

Sur le même sujet

Les + Lus