Covid-19 : le parcours du combattant des étudiants de Rouen

La crise du Covid-19 a bouleversé la rentrée universitaire. Les cours, les temps de repas et même le budget des étudiants sont malmenés. À l'université de Rouen, tout le monde serre les dents.

Si la distance parvient à être respectée dans les amphis de la fac de Rouen, cela devient impossible dans les autres salles.
Si la distance parvient à être respectée dans les amphis de la fac de Rouen, cela devient impossible dans les autres salles.
À l'université de Rouen, les amphis saturent, sans parler des salles de TD. La crise sanitaire impose une distanciation sociale, difficile à faire respecter. "Les salles sont déjà petites à la base, là c'est encore pire, râle Laurent Lemarchand, directeur du département d'histoire à l'université Rouen Normandie. C'est impossible de respecter la distanciation dans certains cas." 

Ajoutez à cela l'augmentation du nombre d'élèves cette année, + 7 %, un manque de professeurs, de formation au matériel de cours à distance et de sérieux problèmes informatiques, les élèves n'ont qu'à bien s'accrocher pour suivre leur scolarité.

"Le serveur saute ou plante, rapporte un élève qui s'est essayé aux cours en distanciel. Les profs sont obligés de déposer des enregistrements sur le site de la fac, mais tout le monde ne peut pas les récupérer. On est livré à nous-même."

Reportage de Myriam Libert :

Précarité étudiante

Parmi les obstacles auxquels se heurtent les étudiants, il y a également celui du budget. Nombreux sont ceux à n'avoir pas pu travailler cet été en raison de la crise sanitaire.

C'est le cas d'Alicia Durande, en deuxième année de master en droit du patrimoine : "Normalement, mes jobs d'été me financent toute mon année scolaire. Mais avec le Covid, je n'ai rien trouvé. " Avec ses bourses et ses APL, Alicia doit donc vivre sur ses 200 € d'aides uniquement.

Michelle Gervaisot, bénévole pour l'Épicerie itinérante de la banque alimentaire, admet enregistrer une fréquentation record des différents points de distribution sur Rouen et son agglomération. "On est débordé, s'étonne-t-elle. Ça fait quatre ans que je suis à l'Épicerie itinérante et c'est la première fois que je vois ça."

Plus de 400 inscrits

Devant l'affluence, les bénévoles n'ont pas pu achever les inscriptions. Normalement, le site du Madrillet (UFR Sciences et Techniques), au plus fort de l'année, enregistre 110 bénéficiaires. Actuellement, 156 étudiants sont inscrits ou en cours d'inscription. Pasteur compte 65 inscrits et Mont-Saint-Aignan 185 inscrits.

Dans ce contexte, le décrochage scolaire semble plus que jamais menacer les étudiants.

Reportage de Angèle De Vecchi et Stéphane L'Hôte :Points de distribution de l'épicerie itinérante de la Banque alimentaire (même sans inscription) :
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société université éducation