[CultureChezNous] : en confinement, David Bobée du CDN Normandie réadapte “Fées”, une de ses premières créations

David Bobée, directeur du CDN de Normandie-Rouen, dévoile une version « confinée » de sa création Fées. / © CDN Rouen Normandie
David Bobée, directeur du CDN de Normandie-Rouen, dévoile une version « confinée » de sa création Fées. / © CDN Rouen Normandie

David Bobée dans ses œuvres... en confinement. Le directeur et metteur en scène du CDN de Normandie-Rouen s'est replongé dans une de ses premières créations, Fées, réadaptée en mode confinée, filmée au téléphone portable après des répétitions en visioconférences... 

Par Olivier Couvreur

Dans le huis-clos moite d’une salle de bain, lieu propice à l’intimité et à l’introspection, Fées dresse le portrait d’un jeune homme de vingt-cinq ans. Cet homme cherche à se couper un temps du monde qui l’environne et de la violence d’un quotidien qui le pousse au retranchement et à la méfiance. Épié par des caméras vidéo, il est hanté par de mystérieuses créatures, un groupe de fées qui lui souffle à l’oreille les bruits du monde extérieur.
David Bobée, directeur et metteur en scène du CDN de Normandie-Rouen

A découvrir en intégralité sur la chaîne Vimeo du CDN et en Facebook Premiere sur la page Facebook de France 3 Normandie, le vendredi 22 mai à 21h !
 

"J'ai l’impression que le temps nous a été volé"

David Bobée est de ces personnes qui phosphorent en permanence. Créatif inspiré -et inspirant- sublimant les instants et les gens. Mêlant les genres, aimant défier le temps, le directeur et metteur en scène du CDN de Normandie-Rouen n'a pas arrêté une seconde en cette période de confinement. Il est comme ça, David Bobée, du genre à se réfugier dans le travail, "normal pour un directeur de théâtre et de proposition artistique" nous rappelle-t-il.
 
Surtout que dans cette période, "il fallait assurer le paiement des sessions, sécuriser les gens, garantir une solidité et une activité pour les personnels… Et aussi la pérennité de l’outil CDN dès que la reprise sera possible".

J'ai l’impression que le temps nous a été volé. Il y a quelque chose d’absurde de ne pas partager avec le public, avec les artistes… mais heureusement que le travail et mes obligations m’ont permis de maintenir une énergie utile à la reprise.
David Bobée

Mais ce "temps volé", David a aussi su le mettre à profit au service de la création.

Dès que les spectacles ont été annulés, on a mis en place des rediffusions en ligne de nos captations, et des capsules avec de nombreux artistes. On a pu assurer une présence artistique qui ne remplace pas le théâtre mais qui a permis de ne pas faire du confinement une période de repli et de solitude. Et dans cette période, je n’ai pas oublié mon rôle de metteur en scène, j’ai besoin d’être en créativité !

Fées, une réflexion sur l'individu et la pression du monde extérieur

David Bobée s'est ainsi replongé dans une de ses oeuvres passées, une des premières, pour la revisiter en mode confinée... Fées était toute trouvée, tant l'intrigue collait au contexte que nous connaissons aujourd'hui.

L’idée était de travailler sur une reprise de Fées qui est un texte qui parle d’un repli sur soi-même pour se protéger de l’extérieur… C’est une réflexion sur l’individu, la place qu’il tient dans ce monde qui nous met une pression face aux droits et aux libertés les plus élémentaires… C’est un texte qui ne parle pas de confinement mais le contexte est là…
David Bobée

Fées, une recréation de David Bobée et du CDN. / © CDN de Normandie-Rouen
Fées, une recréation de David Bobée et du CDN. / © CDN de Normandie-Rouen

Se laver des maux du monde...

Dans cette nouvelle version, Fées est un huis clos se déroulant dans une salle de bain…

La salle de bain est un endroit d’intimité où on se lave des maux du monde, où on peut mettre la tête sous l’eau et écouter son cœur battre. C’est là où on peut réfléchir à soi.
David Bobée

Fées en version confinée... dans une salle de bain. / © CDN de Normandie-Rouen
Fées en version confinée... dans une salle de bain. / © CDN de Normandie-Rouen
"La couleur verte est assez présente car ça représente une sorte de violence intérieure, moins extériorisée que le rouge ou le orange… La salle de bain s’y prête bien. C'est une pièce qui reste froide, dure, glacée... à l’inverse d’une chambre qui est une pièce chaleureuse" nous explique le metteur en scène.

Des écrans qui relient les gens

Dans cette nouvelle version de Fées, tout est filmé au smartphone. "On n'est pas dans les caméras de surveillance anxiogènes, il y a un geste poétique d’en faire des outils de création artistique. C’est une façon de réfléchir sur la façon de réinterpréter les écrans qu’on considère comme des mises à distance et qui aujourd’hui prennent le rôle d’outil permettant de rester en contact les uns avec les autres… Derrière ces écrans se cache une humanité. Aujourd’hui on est dans la communication et non dans la transmission sans partage."
Cette nouvelle version de Fées a été entièrement tournée au smartphone durant la période de confinement. / © CDN de Normandie-Rouen
Cette nouvelle version de Fées a été entièrement tournée au smartphone durant la période de confinement. / © CDN de Normandie-Rouen
Sur sa page Facebook, David Bobée évoque le format de cette nouvelle création. 

Cela ne remplacera sans doute pas l’expérience physique et réelle du théâtre bien vivant. Mais ce petit film dessine en creux une absence, un manque d’acteurs, d’actrices, de jeu, de textes, de théâtre.
Nourrir le désir et se dire que l’on se manque.
David Bobée

Fées, la nouvelle création de David Bobée. / © CDN de Normandie-Rouen
Fées, la nouvelle création de David Bobée. / © CDN de Normandie-Rouen
Il nous confie que "cette privation de théâtre remet en place le rôle et la fonction du théâtre. Les écrans ne pourront jamais remplacer le théâtre. C’est un besoin humain d’être physiquement en contact avec d’autres êtres humains. C’est un besoin purement animal : nous sommes des êtres sociaux. Nous sommes une communauté !"


Diffusion en première Facebook vendredi 22 mai à 21H

L'après-confinement pour le CDN de Normandie-Rouen, l'heure de la reprise ?

Nous avons interrogé David Bobée, directeur du CDN Normandie-Rouen, sur l'impact du confinement, la crise sanitaire du Covid 19 plus largement, et la reprise d'activité du CDN.
"On a reporté les créations. Mais les spectacles qui étaient en programmation ont été annulés et payés, ce qui a permis de garantir les cachets des intermittents, c’était une priorité que la crise n’impacte pas les personnes, ni les artistes, ni les techniciens. Le fait qu’on réponde à une mission publique permet d’assurer le fonctionnement qui du coup ne dépend pas uniquement des recettes."
« Il fallait faire en sorte que ceux qui vont créer demain puissent survivre à la crise. »
"Sur la fin de saison, je garde tous les personnels administratifs en télétravail. Et seule l’équipe technique peut revenir sur site."
Objectif : une reprise à la rentrée. "J’espère une saison qui démarrera comme si de rien n’était. Ça n’empêche pas de s’adapter aux consignes sanitaires du moment mais au moins on aura quelque chose à proposer si tout évolue positivement. Il faut garantir une activité et préserver l’emploi, c'est l'essentiel".

O.C.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

Les + Lus