Enquête de la police et plusieurs suspects en garde à vue après la découverte d'un tigre en Seine-Maritime

La sûreté départementale de Seine-Maritime enquête sur une affaire de trafic d'animaux. Neuf personnes sont en garde à vue.
 

Hôtel de police de Rouen, siège de la Sûreté départementale de Seine-Maritime
Hôtel de police de Rouen, siège de la Sûreté départementale de Seine-Maritime © France Télévisions
Neuf personnes ont été placées en garde à vue à Rouen et au Havre dans le cadre d'une enquête pour trafic d'espèce protégée, en l'occurrence un tigre de Sumatra acheté par un couple de Havrais, a-t-on appris ce mercredi (7 octobre 2020).

Neuf personnes ont été placées en garde à vue mardi dans le cadre d'une enquête ouverte il y a environ deux ans sur des faits de trafic d'espèces protégées en bande organisée"

Bruno Dieudonné, procureur de la République du Havre, à l'AFP

"Le couple d'acheteurs, qui a acquis un tigre de Sumatra pour plusieurs milliers d'euros, a été placé en garde à vue avant d'être remis en liberté. L'enquête nécessite encore d'être affinée sur un certain nombre de points. Il fallait entendre les versions des personnes mises en cause", a  ajouté le procureur.     

Un tigre déjà vu dans l'agglo de Rouen

Selon une source policière, le couple a acquis le tigre en 2018 pour un montant de 6.000 euros. "L'enquête a débuté lorsque le couple est venu voir la police pour dire qu'il s'était trompé, pensant acquérir un chat. L'enquête a démontré qu'il savait qu'il était dans l'illégalité", a précisé à l'AFP cette source policière.

Notre confrère Raphaël Tual du site 76 Actu, qui a révélé cette affaire ce mercredi matin précise que le tigre vendu au Havre avait été auparavant "aperçu dans un clip de rap tourné au Petit-Quevilly" près de Rouen.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers animaux nature