Fermeture administrative d'une micro-crèche à Rouen : une décision "brutale" pour la direction

La micro-crèche "Les Malicieux de beauvoisine" à Rouen (Seine-Maritime) va fermer pour une durée de trois mois suite à des cas de maltraitance sur les enfants et des dysfonctionnements. L'entreprise juge cette décision "brutale".

Une micro-crèche sera fermée à partir de lundi et pendant trois mois à Rouen en raison de "divers dysfonctionnements" signalés par des parents depuis décembre, ont annoncé la préfecture et le département de Seine-Maritime. 

Trois mois de fermeture administrative

Une inspection réalisée jeudi à la micro-crèche Beauvoisine, qui faisait suite à différents contrôles inopinés et des mises en demeure restées sans effet, a "permis de conclure que la sécurité des enfants n'était pas assurée au sein de ce lieu d'accueil", ont affirmé la préfecture et le département dans un communiqué conjoint diffusé vendredi.

"De ce fait, le préfet de la Seine-Maritime a immédiatement pris la décision d'une fermeture administrative provisoire, pour une durée de trois mois, à compter de ce lundi 15 avril", selon le communiqué.

Les services de la CAF de la Seine-Maritime ont "aussitôt été mobilisés afin de proposer aux familles concernées un accueil au sein de relais petite-enfance, dès ce lundi", d'après la même source.

Une décision "brutale"

La micro-crèche Beauvoisine, située dans le centre de Rouen et qui appartient au groupe Les petits chaperons rouges, dispose de dix berceaux, selon son site internet.

Dans un communiqué transmis samedi à l'AFP, le groupe Les petits chaperons rouges (LPCR), fondé en 2000, a réagi à cette décision, qualifiée de "brutale".

"L'établissement 'Les Malicieux de beauvoisine' a été notifié d'un arrêté préfectoral de fermeture provisoire le 12 avril à 18h. Le 11 avril, l'établissement se voyait remettre une mise en demeure de réaliser divers aménagements et faisait simultanément l'objet d'une visite de contrôle".

Alors que ce courrier annonçait une future visite pour vérifier les actions mises en place, l'établissement s'étonne de cette décision brutale. La direction et la nouvelle équipe sont d'ores et déjà pleinement mobilisées pour achever ces aménagements dans les meilleurs délais et proposer des solutions d'accueil alternatives aux familles.

Communiqué du groupe Les Petits Charperons Rouges

Une campagne de contrôles

Fin mars, le gouvernement avait annoncé le lancement d'une campagne de contrôles des grands groupes de crèches, comme l'avaient recommandé les inspecteurs de l'Igas l'an dernier.

Missionnée après la mort d'un bébé dans une crèche privée à Lyon en 2022, l'Igas avait recommandé l'an dernier de renforcer le contrôle des crèches, publiques et privées.

La ministre chargée de l'Enfance et des Familles Sarah El Haïry veut aligner le cadre réglementaire des micro-crèches (moins de douze berceaux) sur les petites crèches, comme le recommande un rapport de l'Igas et de l'Inspection générale des finances (IGF).

Les micro-crèches représentent la moitié des créations d'établissements d'accueil du jeune enfant (EAJE) entre 2010 et 2020, et 13% des places en 2020, selon ce rapport.

Deux livres-enquêtes parus en septembre - "Le prix du berceau" et "Babyzness" - ont mis au jour le mode de fonctionnement de certaines structures privées, mettant en cause une course au rendement au détriment des enfants.