• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Grand débat national : école, mobilité, lourdeur administrative... les doléances des habitants du pays de Caux

La maire d'Ecrainville dénonçait l'abandon par l'Etat des écoles rurales lors du lancement du grand débat nationale. / © France 3
La maire d'Ecrainville dénonçait l'abandon par l'Etat des écoles rurales lors du lancement du grand débat nationale. / © France 3

Alors que le grand débat national lancé par Emmanuel macron doit se poursuivre jusqu'à la mi-mars, les habitants de Goderville dans le pays de Caux ont été invités à débattre jeudi 7 février.
 

Par J.St-S

Depuis quelques semaines, à travers la France élus et citoyens sont invités à s’exprimer dans le cadre du grand débat national pour présenter leurs doléances. A l’occasion du premier grand débat organisé jeudi soir dans le pays de Caux la problématique de la mobilité a occupé une grande partie des discussions.  

"Toujours plus de normes et de contraintes administratives"


Bien qu’omniprésent, il n’est pas le seul axe de travail dégagé par les habitants de ces milieux ruraux. Outre l'accès au service public, la maire d’Ecrainville Claire Gueroult a profité du lancement du grand débat natioal pour interpeller le Président de la République sur l'école.
 

Vous avez fait beaucoup d’efforts dans les zone urbaines par contre vous ne nous avez pas dit que ce serait au détriment des zones rurales", posait alors Claire Gueroult. 


Rappelons qu’en 2018, la maire d’Ecrainville et sept autres communes de la pointe de Caux avait choisi de poursuivre l'Etat devant le tribunal administratif pour empêcher la fermeture d'une des classes de son école. Mais ce n'est pas tout. La maire regrette également le "toujours plus de normes et de contraintes administratives". Une position partagée par le maire de Goderville Guy Fontanié.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Cherbourg: expo de femmes

Les + Lus

Les + Partagés