Guerre en Ukraine : "Puis-je accueillir un enfant réfugié ?" #OnVousRépond

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvie Callier

Deux millions d'enfants et d'adolescents ukrainiens ont quitté leur pays pour fuir la guerre. Certains ne sont pas accompagnés d'un proche. L'élan de générosité des particuliers a malgré tout des limites qu'il faut connaitre.

Le visage d'un petit garçon ukrainien de 11 ans, parti seul dans l'exode, avec un numéro de téléphone écrit sur sa main par sa mère a bouleversé le monde entier. Ce réfugié a parcouru 1500 kilomètres jusqu'en Slovaquie. Il a retrouvé des proches. Une issue rassurante. 

Mais d'autres enfants non accompagnés arrivent aux frontières de l'Ukraine sans personne pour venir les chercher. 

Pas d'accueil improvisé chez des particuliers

Les enfants et adolescents seuls, réfugiés d'Ukraine (comme des autres pays) ont le statut de  mineurs isolés, prévu par la Convention internationale des droits de l’enfant et le Droit européen.

Il est interdit pour un particulier, sans aucun lien avec la famille, de les héberger, malgré de bonnes intentions. Ces jeunes doivent être accueillis par l 'aide sociale à l'enfance (A.S.E), service des conseils départementaux.

 C'est précisément le dispositif prôné début mars par la directrice générale de l’UNICEF et le haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés : 

Les États doivent offrir des espaces sûrs aux enfants et aux familles immédiatement après le passage des frontières, et les intégrer aux systèmes nationaux de protection de l’enfance.

UNICEF/ UNHCR

L'accueil de réfugiés adultes par des particuliers est lui aussi encadré. Ils doivent se signaler à la préfecture. 

Protéger les enfants des trafiquants, permettre aux familles de se retrouver

Quatre millions d'enfants sont arrachés à leur maison, à leur école. Ils sont soit déplacés à l'intérieur du pays, soit exilés dans d'autres pays.

L'UNICEF et le haut commissariat aux réfugiés alertent sur les risques qu'ils encourent. Les réseaux criminels de trafics d'êtres humains menacent les femmes seules avec leurs enfants et bien sûr les mineurs isolés.

" L’UNICEF exhorte les gouvernements des pays voisins et des autres pays de destination à renforcer les contrôles de protection de l’enfance aux points de passage des frontières... il faut en outre i dentifier rapidement les enfants séparés de leur famille et de mettre en place des procédures de recherche et de réunification."

En Ukraine, le sort des enfants orphelins ou handicapés vivant dans des institutions inquiète aussi. Dans les zones de guerre, ils on aussi dû être évacués.

" Les mouvements doivent être signalés aux autorités compétentes en Ukraine et dans les pays voisins dès le passage de la frontière et, dans la mesure du possible, les enfants doivent être évacués avec leurs papiers d’identité et leurs dossiers." (source UNICEF)

La meilleure aide à apporter aux enfants réfugiés est de faire des dons aux associations reconnues qui leur portent secours. 

En Normandie, comme dans d'autres régions, des collectes de matériel scolaire sont organisées, des associations se démènent pour que les enfants arrivés d'Ukraine puissent faire des activités, du sport. Vous pouvez y contribuer.