Jardinage : comment tailler l’hibiscus d’intérieur

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Bernard

Même s’il est encore en fleurs, le couper bien court c’est lui assurer d’être plus beau

Pour l'hibiscus génétiquement c’est l’été

Dans les pays chauds d’où il vient c’est l’été en ce moment il est donc génétiquement programmé pour fleurir comme là-bas.

Sous les tropiques c’est une plante sauvage qui pousse à foison dans la nature. L’hibiscus est naturellement un arbuste qui peut monter à plusieurs mètres de hauteur mais dans nos maisons nous sommes obligés de le contenir et de faire en sorte qu’il reste beau et en forme.

Taille sévère chaque hiver ou début de printemps

Il est nécessaire de le réduire de façon drastique pour un gain de place dans la maison mais aussi et surtout pour qu’il reste trapu et bien vert. Il faut surtout supprimer toutes les fleurs hivernales, sans oublier les boutons floraux qui épuisent la plante. Ensuite réduire les tiges des deux tiers voire plus si besoin. Il faut faire en sorte que l’hibiscus retrouve une belle forme homogène.

Les branches ne doivent pas se croiser

Comme pour tous les végétaux, il faut éviter de laisser des branches se croiser. Couper toutes celles qui vont vers le cœur de la plante et celles qui se frottent les unes contre les autres. Le but est d’aérer et d’alléger ce bel arbrisseau.

Des insectes vivent dans nos plantes d’intérieur

Observons nos plantes de près pour vérifier qu’elles ne soient pas un gîte d’étape pour des cochenilles ou des pucerons. Lorsque des branches se croisent au cœur d’une plante bien souvent elles cachent des bestioles.

La cochenille est facile à identifier : petites boules blanches laineuses au cœur de la plante ou sous les feuilles, d’environ 2 millimètres. Pour s’en débarrasser douchez la totalité du feuillage de la plante le plus souvent possible, à l’eau tempérée (presque froide).
Evitez de mouiller la terre, à cette saison les plantes boivent très peu.

Les cochenilles ne supportent pas d’être mouillées, alors douchez les le plus souvent possible.

Sophie Bernard

Le puceron lui est à la pointe des tiges, pulvérisez de l’eau savonneuse le plus souvent possible (au savon de Marseille pur) c’est-à-dire tous les 2 jours en moyenne et une fois par semaine rincez le feuillage sous la douche, à l’eau tempérée.
Des colonies de pucerons passent l’hiver dans notre hibiscus voilà pourquoi il faut le tailler, pour maîtriser les risques d'invasions.

Couper les branches jusqu’à la tige principale

Il faut éviter de laisser des petits morceaux de tiges par-ci par-là sur la plante mais au contraire couper les tiges jusqu’au bout, jusqu’au tronc principal.

Lorsqu’on coupe les branches à moitié, dès que la plante repousse ça devient vite un amas de feuilles disgracieux, alors que des branches entières et longues donnent un aspect aérien et léger à la plante.

La consigne de taille est de faire en sorte qu’on voit le jour au travers de la plante. Que l’air et la lumière naturelle puissent y circuler.
 S’il ne reste aucune feuille ce n’est pas grave, cet hibiscus d’intérieur qui passe l’hiver dans la maison profite du chauffage et de nouveaux bourgeons réapparaitront en moins d’un mois. (parole d'horticultrice!)
En revanche il faut éviter de le laisser refleurir avant la fin du printemps.
Il est conseillé d’ôter tous les boutons floraux jusqu’en mai ce qui l’obligera à donner une explosion de fleurs estivales.

Rempotage à programmer en mars avril, comme pour toutes les plantes en pots.

Sophie Bernard